La carrière judiciaire de Beverley McLachlin a débuté en avril 1981, lorsqu’elle a été nommée juge de la Cour de Comté de Vancouver.

La juge en chef de la Cour suprême tire sa révérence

Le moment de la retraite est arrivé pour la juge en chef de la Cour suprême du Canada, Beverley MacLachlin.

Première femme à occuper cette fonction, elle aura été en poste durant près de 18 ans.

À l’occasion de son départ, la juge McLachlin rencontrera les journalistes vendredi à Ottawa.

Son successeur, le juge Richard Wagner, sera assermenté lundi à titre de juge en chef du Canada par la gouverneure générale Julie Payette durant une cérémonie qui se déroulera à Rideau Hall.

La carrière judiciaire de Beverley McLachlin a débuté en avril 1981, lorsqu’elle a été nommée juge de la Cour de Comté de Vancouver.

En septembre 1981, elle a été nommée juge à la Cour suprême de la Colombie-Britannique.

En décembre 1985, elle a accédé à la Cour d’appel de cette province.

Puis elle a été nommée à titre de juge en chef de la Cour suprême de la Colombie-Britannique en septembre 1988.

Beverley McLachlin a prêté serment comme juge de la Cour suprême du Canada en avril 1989.

Elle a été nommée juge en chef du Canada le 7 janvier 2000.

Un bilan

Renvoi sur la sécession du Québec, arrêt sur l'aide médicale à mourir, bilinguisme des juges de la Cour suprême du Canada, réalisations: la juge en chef Beverley McLachlin a abordé une foule de sujets lors de sa conférence de presse d'adieu, vendredi, à Ottawa.

La magistrate l'a fait avec la réserve inhérente à sa fonction, pendant un peu plus de 30 minutes, bien qu'à la toute fin, lorsqu'on l'a questionnée sur la façon dont on a interprété l'arrêt Carter sur l'aide à mourir, elle a offert une courte réponse - et un court sourire - qui en disaient long.