L’International de soccer Jean-Yves Phaneuf de Granby s’était conclu sous la pluie l’année dernière.
L’International de soccer Jean-Yves Phaneuf de Granby s’était conclu sous la pluie l’année dernière.

La 43e édition de l’International de soccer Jean-Yves Phaneuf reportée à 2021

Nicolas Bourcier
Nicolas Bourcier
La Voix de l'Est
Pour la première fois de son histoire, l’International de soccer Jean-Yves Phaneuf de Granby (ISJYPG) est annulé. La 43e édition est reportée à l’an prochain «en raison de la situation exceptionnelle provoquée par la COVID-19», a annoncé lundi le Club de soccer Les Cosmos de Granby.

«Toujours sans orientations claires de la part des instances provinciales à moins d’un mois de la tenue du plus important tournoi de soccer à se dérouler au Québec», le comité organisateur a préféré remettre à l’année prochaine la 43e édition de L’ISJYPG, qui se déroule traditionnellement pendant de la fin de semaine de la fête du Travail.

Après l’annulation des championnats d’après saison en raison du contexte sanitaire, Soccer Québec avait mis les tournois sur pause.

«On attendait des directives à savoir si Soccer Québec nous donnerait le go pour présenter l’événement, mais il y a tellement de choses qui sont hors de notre contrôle que nous n’aurions pas été en mesure de présenter l’événement et nous avons préféré reporter à l’année prochaine», explique le coordonnateur général du Club de soccer de Granby, Martin Bélanger.

«Les bénévoles sont des membres de nos équipes, qui font présentement le travail de responsables de terrain [s’assurant de l’application des mesures sanitaires]. On ne voulait pas les exposer, ils font un excellent travail, et on veut être capable de terminer la saison», ajoute-t-il.

«Décision déchirante»

«Il s’agit assurément d’une décision déchirante, mais les membres du comité organisateur croient qu’il s’agit de la meilleure dans le contexte actuel. D’abord et avant tout, il est primordial d’assurer la santé et la sécurité de tous les athlètes, entraîneurs, arbitres, spectateurs et intervenants bénévoles impliqués», a tenu à préciser le président du C.A. des Cosmos de Granby, Bruno Paré, par voie de communiqué.

Il s’agissait aussi d’une «décision difficile, parce que c’est un moteur économique important, non seulement pour l’organisation, mais pour toute la région aussi», souligne Martin Bélanger. Les profits engendrés lors du tournoi permettent de réduire le coût d’inscription des joueurs de Granby pour la saison suivante.

Martin Bélanger, coordonnateur général du Club de soccer Les Cosmos de Granby, Érike Arès St-Onge, coordonnatrice du tournoi et Bruno Paré, président du comité organisteur.

Plus de 30 000 visiteurs l’an dernier

«Comme ce type d’événement est propice aux rassemblements de plusieurs centaines, voire de milliers de personnes, et qu’un nombre important de visiteurs de partout dans la province devaient converger vers Granby et la région, il est impensable pour nous de maintenir le tournoi tel qu’on le connaît», a souligné la coordonnatrice de l’ISJYPG, Érika Arès St-Onge.

Rappelons que lors de sa 42e mouture, ISJYPG avait atteint un record d’inscriptions avec 396 équipes en lice, 5 900 athlètes et 25 000 personnes accompagnatrices.

L’ampleur des normes sanitaires à mettre en place et «certains paramètres difficiles à maîtriser dans les circonstances» ont convaincu le comité organisateur qu’il valait mieux remettre le populaire tournoi à l’an prochain. Une centaine d’équipes avaient déjà manifesté leur intérêt, dont certaines en provenance de la Nouvelle-Écosse et du Nouveau-Brunswick.

Expérience de qualité et réputation

L’International de soccer Jean-Yves Phaneuf jouit d’une bonne réputation et les membres du comité organisateur ne souhaitaient pas la mettre en jeu. Martin Bélanger trace un parallèle avec l’éclosion de COVID-19 lors d’un tournoi de dek hockey à Mirabel.

«Il y a quelque chose qui est arrivé à Mirabel, bien là c’est tout le dek hockey qui était impliqué, sans pour étant dire que Granby avait mal fait les choses, au contraire. Mais les gens ont tendance à généraliser», explique le coordonnateur général des Cosmos.

«Soyez sans crainte, nous reviendrons plus forts l’an prochain!», conclut-il.