Jean-François Blais, grand manitou du grand spectacle de la fête nationale du Québec qui aura lieu à l’Amphithéâtre Cogeco.
Jean-François Blais, grand manitou du grand spectacle de la fête nationale du Québec qui aura lieu à l’Amphithéâtre Cogeco.

Jean-François Blais derrière le spectacle de la fête nationale: «On a envie de fêter»  

TROIS-RIVIÈRES — Ayant l’habitude des plateaux d’enregistrement et des productions à grand déploiement, le réalisateur et metteur en scène à qui a été confié le mandat de diriger la captation et la création du grand spectacle télévisé de la fête nationale du Québec, Jean-François Blais, est bien conscient que les règles que nous devons présentement respecter en raison de la COVID-19 compliqueront passablement sa tâche.

Néanmoins, le natif de Yamachiche, qui était derrière le spectacle Inondés d’amour, organisé en 2017 afin de venir en aide aux victimes des inondations et également présenté à l’Amphithéâtre Cogeco, considère que la production qui prendra vie le 23 juin prochain et qui sera télédiffusée sur les ondes de TVA, Radio-Canada, Télé-Québec et V constitue un exercice nécessaire. Pour lui, porter une visière ou un masque, investir d’importantes sommes d’argent afin de se doter d’équipements supplémentaires en raison de notre réalité actuelle et bien sûr respecter les fameux deux mètres de distanciation tout au long de la préparation et la présentation du spectacle constituent un mal nécessaire.

«On a envie de fêter. On a envie de se raccrocher aux valeurs de la fête nationale», lance-t-il d’entrée de jeu.

Tout comme l’ensemble des Québécois, les artistes ont également besoin d’un semblant de retour à la vie normale, d’autant plus que l’événement qui nous intéresse sera fort probablement le seul spectacle du genre présenté au Québec au cours des prochains mois. Ils sont d’ailleurs une quarantaine à avoir accepté d’y participer, dont les animateurs Ariane Moffat et Pierre Lapointe.

«On est un milieu culturel, et je m’inclus là-dedans, qui est en pause obligée. On a envie de crier au monde que l’on existe. On a envie de faire des spectacles. Cette tribune-là fera du bien à tout le monde. C’est pour cette raison que la réponse des artistes est excellente», mentionne celui qui compte notamment les émissions La Voix, En direct de l’univers, Belle et Bum ainsi que le spectacle de la fête nationale sur les Plaines d’Abraham sur sa feuille de route professionnelle.

Même s’il y aura un écran, et plusieurs centaines de kilomètres dans certains cas, entre les spectateurs et les artistes, celui qui porte également le chapeau de directeur artistique espère faire vivre un beau et grand moment aux Québécois.


« Je veux qu’on déplace les tables dans la cuisine. Je veux que les gens chantent et dansent comme s’ils étaient sur place. »
Jean-François Blais

«Je veux faire ce party-là avec les gens et je crois que l’on va pouvoir rallier tout le monde», indique-t-il, faisant référence à la diversité des artistes.

L’éléphant dans la pièce

Même s’il veut que le spectacle, intitulé Tout le Québec à l’unisson, offre un répit aux Québécois, il n’était pas possible selon lui de ne pas aborder d’une façon ou d’une autre la crise sanitaire actuelle.

«On vit un tournant comme société et c’est clair qu’on va en parler dans des numéros. On va le sentir tout au long du spectacle», mentionne-t-il.

L’endroit idéal

Situé au confluent de la rivière Saint-Maurice et du fleuve Saint-Laurent ainsi qu’à mi-chemin entre Montréal et Québec, l’Amphithéâtre Cogeco constitue l’endroit rêvé pour tenir un tel spectacle dans les circonstances, selon l’homme de télévision. Il considère également que ce lieu, qu’il affectionne tout particulièrement, possède un potentiel énorme, qu’il compte d’ailleurs exploiter.

«Nous allons sortir du cadre de la scène. L’amphithéâtre au complet deviendra une grande scène. On se dit, exploitons la place entièrement. Je la connais et la trouve belle et je veux que les autres la trouvent belle également», laisse-t-il tomber.