Tous les foyers québécois devraient être retranchés d'ici mardi selon Hydro-Québec après la violente tempête de vendredi.

Hydro-Québec: enfouir les lignes est une solution facile qui ne fonctionne pas

Les Québécois peuvent dire adieu aux rêves de voir les poteaux disparaître du paysage et les fils sous terre à l’abri du vent et des branches.

Le président-directeur général d’Hydro-Québec, Éric Martel, a fermé la porte à double tour sur cette possibilité, lundi, alors que ses équipes travaillaient toujours d’arrache-pied sur le terrain pour rétablir le courant aux 43 655 clients toujours privés d’électricité à 16h.

«Il y a présentement une hypothèse un peu facile à faire - que tout le monde fait - que d’enfouir les fils ça réglerait tous les problèmes, mais c’est clairement démontré que non, ça ne règle pas tous les problèmes», a tranché M. Martel alors qu’il était à faire le bilan.

100 milliards $

Le pdg de la société d’État a d’abord fait valoir que le coût d’une telle opération atteindrait la somme astronomique d’environ 100 milliards $, soit plus que la valeur totale des actifs d’Hydro, qui s’élèvent à environ 80 milliards $.

Mais surtout, il a expliqué que la perception du grand public, qui voit l’enfouissement comme une protection ultime des fils contre les éléments, est erronée.

«C’est faux de penser que ça améliorerait et que ça éliminerait les problèmes qu’on a eus cette semaine parce que lignes vieillissent plus rapidement - ça fait drôle à dire - quand elles sont enfouies : beaucoup plus de réparations, beaucoup plus difficile de détecter les pannes aussi quand c’est souterrain.»

M. Martel a ajouté qu’avec le climat rigoureux du Québec, «quand c’est l’hiver, qu’il y a de la glace, le souterrain devient aussi difficile».

«Ce sont des coûts astronomiques et ça réglerait peut-être une partie du problème, mais nos tarifs d’électricité augmenteraient de façon significative si on investit 100 milliards $ dans notre réseau», a-t-il conclu.

Legault: «C’était il y a 20 ans»

Debout à ses côtés alors que les deux hommes venaient d’annoncer que le barrage Eastmain-1 devenait le barrage Bernard-Landry, le premier ministre François Legault a rappelé que ce genre d’événement demeure assez rare.

«C’est sûr que si ça arrivait, ce genre d’incident, à répétition, il faudrait se poser des questions. Mais la dernière fois qu’un événement a touché autant de personnes, c’était il y a 20 ans», a-t-il dit en évoquant la crise du verglas de 1998 qui avait privé d’électricité 1,4 million d’abonnés.

«On en a eu un la semaine dernière qui a touché 1 million de personnes; les autres événements qu’on a vécus, que ce soit aux Îles-de-la-Madeleine ou à Laval ou à certains endroits, c’était très pointu : il y avait un problème, une tornade, des vents très forts, 100 km/h. On était capable en dedans de 24 heures de régler le problème», a indiqué le premier ministre.

François Legault a tout de même reconnu que «oui, on voit qu’il y a plus d’événements graves, des événements climatiques qui amènent des problèmes».

Dernière phase «difficile»

Quelque 1400 travailleurs d’Hydro-Québec étaient toujours à pied d’œuvre dans une dernière ligne droite pour rebrancher tous les clients privés d’électricité après le passage de la violente tempête automnale de la semaine dernière.

«D’ici demain, il restera peut-être un ou deux cas d’exception, mais notre objectif est d’avoir rebranché tout le monde», a affirmé Éric Martel, en saluant la résilience des abonnés.

La liste de clients dans la noirceur avait fait un bon lundi en raison d’une fuite de gaz à Montréal qui a forcé l’interruption du service pour quelque 5000 abonnés, situation qui s’est résorbée rapidement.

Mais ceux qui sont toujours débranchés depuis vendredi représentent un défi particulier puisque les trois quarts des pannes restantes ne touchent qu’une poignée de clients et la réparation ne redonne le service qu’à cinq, 10 ou 20 clients. «Évidemment, c’est plus long», a soupiré le pdg.

À 16h, les régions les plus durement touchées par les pannes étaient Chaudière-Appalaches (10 082 clients), l’Estrie (8141 clients), le Centre-du-Québec (6282 clients), la Montérégie (4950 clients), les Laurentides (3833 clients), Capitale-Nationale (3746), la Mauricie (2204 clients), Laval (2162) et Lanaudière (1706). Il s’agit des régions où les vents forts ont causé le plus de dommages aux arbres.

Au plus fort de la crise, 990 000 foyers, commerces et entreprises étaient touchés par ces pannes, ce qui représente le plus haut total depuis la crise du verglas de 1998.