Le géant du prêt-à-cuisiner HelloFresh livre maintenant au Québec.

HelloFresh, le géant du prêt-à-cuisiner arrive au Québec

Le géant mondial des boîtes de prêt-à-cuisiner, HelloFresh, livre maintenant au Québec.

L’entreprise n’a pas fait de lancement en grande pompe. Elle a commencé il y a quelques jours à mettre des publications sur les réseaux sociaux. Sur son site, on promet des rabais sur la première commande, à l’image de ce que font aussi les autres entreprises de l’industrie. HelloFresh était déjà implantée dans le reste du Canada, mais pas dans la Belle Province. 

Il n’a pas été possible mardi de parler à un porte-parole de l’entreprise.

Selon un employé du service à la clientèle, tous les secteurs de la province ne sont pas encore desservis. Il faut valider par code postal. La première livraison aura lieu la semaine prochaine.

L’Allemande HelloFresh livre environ 13 millions de repas par mois dans le monde et compte plus de 1,45 million de clients. C’est 70 % plus d’abonnés qu’il y a un an. Elle est présente dans 10 pays, dont les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Australie.

Concurrence en vue

HelloFresh risque donc de livrer une vive concurrence aux principaux joueurs du secteur au Québec. Actuellement, Marché Goodfood est le numéro un du prêt-à-cuisiner. À la fin du mois de février, l’entreprise comptait quelque 61 000 abonnés actifs. Les autres entreprises principales sont Cook it, Chefs Plate et Miss Fresh.

L’industrie du prêt-à-cuisiner est en forte croissance. Le concept est cependant remis en question par certains consommateurs et experts à cause de son empreinte écologique, en raison de la livraison et du suremballage des aliments. 

La plupart des entreprises offrent des emballages recyclés ou recyclables et disent chercher à trouver des solutions à ces irritants.

HelloFresh est une compagnie publique inscrite à la Bourse de Franckfort depuis novembre 2017.

Dans ses derniers états financiers préliminaires, ses revenus pour le dernier trimestre oscillaient entre 250 millions et 253 millions d’euros (environ 400 M$CAN), en hausse de 58 %-59 % en comparaison avec l’année précédente.

L’industrie du prêt-à-cuisiner n’est globalement pas encore rentable. C’est aussi le cas de HelloFresh. Elle indique toutefois qu’elle prévoit le devenir d’ici la fin de son année financière 2018.