Hydro-Québec souligne qu’elle respecte son engagement de limiter les hausses des tarifs d’électricité «à un niveau égal ou inférieur à l’inflation pour une quatrième année de suite».

Hausse de 0,9 % des tarifs d’Hydro-Québec dès le 1er avril

La Régie de l’énergie autorise une hausse tarifaire de 0,9 % pour les clients d’Hydro-Québec à partir du 1er avril prochain, un peu moindre que celle demandée par la société d’État.

Hydro-Québec avait d’abord présenté l’été dernier ses demandes d’augmentation de tarifs pour 2019 les plus modestes depuis 2011, à 0,8 % pour la majorité de ses clients. La société d’État avait révisé à la hausse ses demandes en décembre, appelant à une hausse tarifaire de 1,2 %, tout de même bien en deçà de l’inflation.

Des hausses tarifaires pour 2019-2020 de 0,9 % pour tous les clients résidentiels et la majorité des clients d’affaires, et de 0,3 % pour les grands clients industriels au tarif L, ont été dévoilées mardi.

Selon la Régie, pour un client résidentiel chauffé à l’électricité, dont la consommation moyenne annuelle est de 18 261 kilowattheures (kWh), il en résulterait une hausse mensuelle d’environ 1,11 $, ou 13 $ par année.

La Régie estime qu’elle réduit de 27 millions $ les revenus demandés par Hydro-Québec.

Dave Rhéaume, directeur principal aux affaires réglementaires et à l’approvisionnement en électricité à Hydro-Québec, a affirmé en entrevue que ce «budget moindre» donnait tout de même les outils à Hydro-Québec pour maintenir les services prévus en 2019.

«Les tarifs d’Hydro-Québec visent à récupérer l’ensemble des coûts nécessaires pour assurer le service aux Québécois, et cela représente 12,3 milliards $ — pour l’alimentation en électricité de quelque 4,3 millions de clients partout au Québec», a-t-il expliqué.

Augmentation des dépenses

La Régie explique principalement la hausse des tarifs par l’augmentation des dépenses liées aux achats d’électricité et au service de transport d’électricité — ce qui inclut les investissements requis pour entretenir, solidifier et étendre le réseau.

M. Rhéaume a rappelé qu’Hydro-Québec avait révisé sa demande tarifaire à la hausse en décembre essentiellement à cause de redevances additionnelles de 40 millions $ à verser à l’organisme gouvernemental Transition énergétique Québec.


Hydro-Québec souligne qu’elle respecte son engagement de limiter les hausses des tarifs d’électricité «à un niveau égal ou inférieur à l’inflation pour une quatrième année de suite».

La société d’État s’était engagée dans son plan stratégique 2016-2020 à maintenir l’augmentation de ses tarifs sous l’inflation.

Tout comme l’an dernier, un hiver plus froid signifierait une augmentation de la demande et des revenus accrus pour Hydro-Québec. Il est trop tôt pour faire un bilan, mais le mois de janvier 2019 a été un peu plus froid que janvier 2018, a souligné M. Rhéaume.

Hydro-Québec proposera à compter de l’hiver 2019-2020 deux nouvelles offres de tarification dynamique pour permettre aux clients inscrits de réaliser des économies en période d’hiver s’ils modifient leur consommation d’électricité lors des événements de pointe critique entre 6h et 9h et entre 16h et 20h.

La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) a salué une «hausse des tarifs moins élevée que prévu», rappelant que les coûts d’énergie représentent «une part importante des coûts d’opération» des petites et moyennes entreprises.