Jacques Villeneuve occupe le neuvième et dernier rang au terme de deux des quatre manches qualificatives.

GP3R: journée compliquée pour Jacques Villeneuve

TROIS-RIVIÈRES — La route vers une participation à la finale du Championnat américain de rallycross sera ardue pour Jacques Villeneuve au Grand Prix de Trois-Rivières.

Le pilote de 47 ans a connu toutes sortes d'ennuis au volant de sa Subaru WRX STI, si bien qu'il occupe le neuvième et dernier rang au terme de deux des quatre manches qualificatives.

Villeneuve et son équipe devront régler ces problèmes d'ici dimanche en début de journée, sans quoi cette sixième apparition au GP3R pourrait s'avérer catastrophique pour l'ex-champion de Formule 1.

C'était particulièrement difficile sur les départs samedi. Villeneuve n'a pas été capable de menacer les pilotes de tête, qui jouissaient déjà d'un léger avantage sur lui dès le virage numéro un, devant les gradins du Stade.

«Le gros problème, c'est que j'oublie de relâcher le frein à main au départ, et ce à chaque fois», expliquait le Québécois, à son retour dans les puits.

«Pendant 20 ans, je n'utilisais que mes pieds lors des départs. Là, je dois lâcher l'embrayage, il faut juste y penser et les choses vont finir par se placer. Ce sont de vieux réflexes de F1. Le rythme rentre, mais il faut mieux rouler.»

Villeneuve n'a pas été en mesure de terminer la deuxième qualification en raison d'un contact avec la Ford Fiesta de Rene Munich. Sa roue arrière droite a été endommagée.

«Je me rapprochais de mes coéquipiers de Subaru à la fin. On a apporté des changements durant la journée et ça allait dans la bonne direction. C'est certain que c'est un avantage pour eux que de rouler à temps plein dans la série, mais au moins, on échange des informations. Je vais continuer à discuter avec l'ingénieur pour trouver des solutions. Le moral est très bon quand même.»

Scott Speed a réalisé les temps les plus rapides des deux premières séances, devant Ken Block et le Canadien Steve Arpin. Aucune des trois voitures de Subaru n'a donc percé le top 3, mais il reste encore beaucoup de tours à compléter, dimanche, avant les demi-finales et la finale.

Mondial: Loeb en tête

Le Français Sébastien Loeb, neuf fois champion planétaire de rallye, a été le pilote le plus rapide parmi ceux inscrits dans l'épreuve reine du Championnat mondial de rallycross.

Du côté du Championnat mondial de rallycross, le Français Sébastien Loeb a remporté les manches Q1 et Q2, s'emparant du premier rang provisoire devant deux autres vieux routiers, Mattias Ekstrom et Petter Solberg.

«On a trouvé les bons réglages sur la voiture, c'est encourageant pour la suite», analysait le nonuple champion de rallye qui, avec quatre autres victoires (Q3, Q4, demi-finale et finale) pourrait imiter le Norvégien Andreas Bakkerud. En 2016 dans son pays, il avait exécuté un parcours parfait de 6 victoires en 6 courses. Il demeure le seul pilote du Mondial de rallycross à avoir réalisé cet exploit depuis 2014.

Le champion de l'an dernier, Johan Kristoffersson, pointe au septième échelon provisoire. Le Suédois a été impliqué dans l'une des bonnes batailles de la journée en piste avec Bakkerud, son plus proche poursuivant dans la course au championnat 2018. Bakkerud est quatrième pour l'instant.

La journée de dimanche sera bien remplie au parc de l'Expo, puisque deux autres manches de qualification, une demi-finale ainsi qu'une finale figurent à l'horaire des quatre séries de rallycross.

Les principales finales de rallycross sont prévues pour 15 h. Celles-ci seront retransmises en direct un peu partout dans le monde, dont sur les ondes de RDS.

Il faudra aussi avoir à l'oeil les épreuves de côte à côte du Challenge Extrême Élite. Andrew Ranger, Antoine L'Estage et Marc-Antoine Camirand, tous d'excellents pilotes du Québec, y prennent part.

Les courses de soirée ont offert un beau panorama.