Gilbert Rozon

Gilbert Rozon veut un procès sans jury

MONTRÉAL — Gilbert Rozon ne veut plus d’un procès devant jury. Lundi matin, son avocat a présenté à la Cour supérieure, au palais de justice de Montréal, une demande de réoption afin que l’affaire soit entendue devant un juge seul.

L’ancien grand patron de Juste pour rire est cité à procès pour viol et attentat à la pudeur. Au début des procédures, M. Rozon avait fait savoir par l’entremise de son avocat, Pierre Poupart, qu’il souhaitait la tenue d’une enquête préliminaire ainsi qu’un procès devant juge et jury.

Depuis, l’accusé a renoncé à son enquête préliminaire qui devait avoir lieu le mois dernier, puis il a déposé lundi matin une demande de réoption pour obtenir un procès devant juge seul. Ces deux changements de décisions demeurent des procédures courantes dont la défense peut se prévaloir.

À la suite de l’audience de lundi, l’affaire a été renvoyée au 7 janvier prochain pour l’orientation du dossier.

Le fondateur du festival Juste pour rire est accusé pour des gestes qui auraient été commis en 1980 à Saint-Sauveur, dans les Laurentides. L’identité de la présumée victime est évidemment protégée.

Gilbert Rozon, âgé de 65 ans, avait réagi par courriel le jour même où les accusations ont été déposées contre lui, le 12 décembre 2018: «J’ai appris ce matin le dépôt d’accusations à mon encontre concernant un dossier présumé datant d’il y a près de 40 ans. Je vais continuer à me défendre devant la justice et je réserve tout commentaire pour cette instance.»

Ces accusations de viol et d’attentat à la pudeur ont été déposées en vertu du Code criminel en vigueur en 1980, ce qui explique le libellé des chefs d’accusation, le crime de viol n’existant plus de nos jours sous cette appellation.