En mars 2017, Sylvain Gaudreault avait reçu Catherine Fournier à l’occasion d’un congrès de circonscription.

Gaudreault ne saisit pas les arguments de Fournier

Le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, a été déçu d’apprendre le départ de Catherine Fournier. Le péquiste estime que la députée de Marie-Victorin se contredit, lorsqu’elle compare le Parti québécois à un parti de perdants et à une vieillerie.

« Je rappellerai que Mme Fournier a été candidate et élue sous la bannière du PQ il y a cinq mois à peine. S’il n’y avait pas le Parti québécois, Catherine Fournier n’existerait pas, politiquement parlant. Disons qu’il y a beaucoup de contradictions dans ce qu’elle dit. Notamment sur le fait que l’indépendance doit être remise de l’avant. C’est exactement vers ça qu’on s’en allait. Elle affirme aussi qu’il n’y a pas de place pour un autre parti souverainiste et voilà qu’elle le quitte. Disons que je ne comprends pas comment elle peut dire ça, cinq mois après avoir été élue comme péquiste », a indiqué Sylvain Gaudreault, lors d’un entretien accordé au Quotidien, lundi en après-midi.

À lire aussi: La députée Catherine Fournier quitte le Parti québécois

« Je suis déçu de sa décision, car rien de ce qu’elle dit dans ses explications n’aurait pu être réalisé au sein du PQ », a ajouté le député de Jonquière, rappelant la tenue d’un congrès extraordinaire avant la prochaine élection, au cours duquel le PQ mettra en place des stratégies pour moderniser son action politique.