Les policiers de Lac-Simon, Rudy Sigouin et Pierre-Olivier Brochu ainsi que le père de Thierry Leroux, Michel, n’ont pu s’empêcher de verser une larme quelques minutes avant le départ de la Randonnée du Souvenir Thierry Leroux.

Fondation Thierry-LeRoux: pédaler pour se souvenir

NICOLET — Dix-huit cyclistes ont pris le départ de la première édition de la Randonnée du Souvenir Thierry LeRoux, mercredi, devant l’École nationale de police du Québec (ENPQ), à Nicolet. Cette randonnée de plus de 630 km a débuté sous le signe de la pluie, alors que l’émotion était à son plus fort.

Le père de Thierry LeRoux, Michel, a lancé la Fondation Thierry-Leroux en 2017, un an après la mort de son fils. Rappelons que le policier est décédé dans l’exercice de ses fonctions en février 2016, alors qu’il répondait à un appel d’urgence à Lac-Simon, en Abitibi-Témiscamingue. Depuis la création de la fondation, M. LeRoux estime qu’environ 18 000 $ ont été amassés et qu’elle a permis d’aider près de 800 jeunes de Lac-Simon et de la MRC de la Vallée-de-l’Or. En plus de commémorer les premiers répondants morts en service, cette randonnée permettra principalement d’amasser des fonds pour la fondation.

«On croit certainement qu’on va aider les jeunes à se trouver un futur et d’essayer autant que possible de sortir les jeunes de la rue pour leur donner un futur, soit par le sport et l’éducation», a commenté M. LeRoux.

Les cyclistes, qui seront 20 à l’arrivée puisque deux autres s’ajouteront en cours de route, ont pris le départ à l’ENPQ, un endroit symbolique pour eux et surtout pour le père de Thierry. «On part de l’École nationale de police jusqu’à Lac-Simon pour rendre hommage à Thierry, où son rêve a commencé comme policier et où il a tragiquement pris fin, a-t-il expliqué, ému. On veut aussi commémorer tous nos Québécois et Québécoises qui sont policiers, paramédics, pompiers et militaires qui comme Thierry, ont donné leur vie pour servir et protéger. C’est une façon de remercier ceux qui continuent à servir et à protéger.»

Dix-huit cyclistes parcourront 630 km jusqu’à samedi pour se souvenir du policier Thierry Leroux et des premiers répondants morts en service.

Le peloton était principalement composé de civils et de policiers, dont la majorité d’entre eux ne connaissaient pas Thierry personnellement, comme c’est le cas pour le policier de la Régie intermunicipale de police Thérèse-de-Blainville, Antoine Huot.

«[Je le fais] pour aider la communauté de Lac-Simon parce que c’est une cause qui me tient à coeur. [...] On est une communauté tissée serrée. On se reconnaît tous en lui et c’est vraiment un mouvement de solidarité qu’on s’apprête à faire», a-t-il mentionné.

Les cyclistes ainsi que plusieurs membres de l’ENPQ ont observé une minute de silence devant les plaques commémoratives de l’ENPQ, quelques minutes avant le départ officiel. À ce moment, l’émotion était à son comble, alors que certains d’entre eux ont versé quelques larmes en souvenir du policier décédé à l’âge de 26 ans.

Pierre-Olivier Brochu et Rudy Sigouin, policiers au Service de police de Lac-Simon, accompagneront les cyclistes jusqu’en Abitibi-Témiscamingue. Ils ont tous les deux côtoyé Thierry lorsque ce dernier était, lui aussi, policier à Lac-Simon. Il était donc naturel pour eux d’être présents pour cette randonnée commémorative.

Thierry LeRoux

«C’est être fidèle envers notre confrère qui est mort en service. C’est la moindre des choses d’être ici aujourd’hui [mercredi], moi et mon collègue Rudy Sigouin et en même temps, de soutenir la belle fondation ainsi que Michel et sa famille. Ça prouve à quel point la police est une grosse équipe, une grosse famille. [...] Je pense que de se réunir et de traverser une partie du Québec à vélo, c’est une bonne preuve de solidarité», a mentionné l’agent Brochu, le trémolo dans la voix.

Les 20 cyclistes termineront la randonnée le 24 août, au Centre communautaire de Lac-Simon, vers 15 heures.