L’avocat de la belle-mère de la victime, Me Michel Marchand, a indiqué que sa requête représentait un travail «d’une grande ampleur».
L’avocat de la belle-mère de la victime, Me Michel Marchand, a indiqué que sa requête représentait un travail «d’une grande ampleur».

Fillette de Granby: la Couronne s’oppose à une requête de la défense

La Couronne s’est opposée, mardi, à une requête de la défense aux dossiers du père et de la belle-mère de la fillette de Granby morte dans des circonstances tragiques en avril 2019.

Cette requête, dont la nature ne peut être précisée en vertu d’une ordonnance de non-publication, pourrait avoir des conséquences sur les procès séparés que doivent subir les accusés.

L’avocat de la belle-mère — des ordonnances empêchent également de publier le nom des accusés, de la victime et d’éventuels témoins —, Me Michel Marchand, a indiqué que sa requête représentait un travail «d’une grande ampleur» et qu’il a besoin d’un peu plus de temps pour la préparer.

Représentant le père de la jeune victime, Me Martin Latour a de son côté mentionné qu’il fera sienne la requête de son collègue, en y ajoutant des précisions. «On parle d’intérêt de la justice», a-t-il dit.

De concert avec le juge Charles Ouellet, de la Cour supérieure, les parties ont donc convenu de se réunir à nouveau le 23 juin afin que la requête soit déposée. La Couronne, représentée par Me Claude Robitaille pour la cause du père et Me Laurence Bélanger pour celle de la belle-mère, disposera ensuite de trois semaines pour préparer sa réplique.

À LIRE AUSSI: Des années pour reconstruire le filet social de la DPJ

L’audition sur le fond a été fixée aux 3 et 4 août au palais de justice de Granby.

Accusations

Âgé de 31 ans, la père fait face à des accusations de négligence criminelle, de séquestration et d’abandon d’enfant avec omission de lui avoir fourni les choses nécessaires à la vie, tandis que sa conjointe, âgée de 36 ans, doit répondre de meurtre au deuxième degré, de séquestration et de voies de fait graves.

Ils ont tous deux plaidé non coupable et renoncé à leur enquête préliminaire. Le père a obtenu sa libération sous conditions en septembre dernier; sa conjointe n’en a pas fait la demande et est restée détenue. L’homme était absent du palais de justice de Granby, mardi, alors que la femme a suivi l’audience par visioconférence.