Malgré le feu vert donné à la tenue des festivals et rassemblements culturels, mercredi, le Festival western ne reviendra pas sur sa décision d’annuler sa 53e édition.
Malgré le feu vert donné à la tenue des festivals et rassemblements culturels, mercredi, le Festival western ne reviendra pas sur sa décision d’annuler sa 53e édition.

Feu vert aux rassemblements culturels: rien ne change pour le Festival western de Saint-Tite

Matthieu Max-Gessler,  Initiative de journalisme local
Matthieu Max-Gessler, Initiative de journalisme local
Le Nouvelliste
SAINT-TITE — Malgré le feu vert à la tenue de festivals et de rassemblements culturels donné mercredi par la ministre du Tourisme, rien ne change quant au sort de la 53e édition du Festival western de Saint-Tite.

«Ça ne change rien. Deux cent cinquante personnes, c’est trop marginal, trop peu, trop tard», indique Pascal Lafrenière, directeur général du Festival.

M. Lafrenière indique que l’événement demeurera en version virtuelle cet automne, afin de ne pas risquer de propager davantage la COVID-19.

Pascal Lafrenière, directeur général du Festival western de Saint-Tite.

«Notre priorité quand on a décidé d’annuler, on voulait préserver la santé de la population de Saint-Tite, des festivaliers, des bénévoles et de tous nos collaborateurs. Cette priorité demeure», assure-t-il.

Quant à la possibilité que des activités respectant la limite de 250 personnes présentes imposée par la ministre Caroline Proulx soient organisées en plus de la programmation virtuelle, M. Lafrenière l’écarte également.

«Ce serait trop compliqué à gérer», croit-il.

Rappelons que le Festival western avait annoncé sa décision d’annuler sa 53e édition en avril dernier, après que Québec eut annoncé l’annulation de tous les festivals et événements jusqu’au 31 août, en raison de la pandémie. Une édition virtuelle aura cependant lieu du 11 au 20 septembre. Cette édition sera entièrement gratuite, à l’exception du spectacle de Brett Kissel prévu le 18 septembre. 

À LIRE: Un Festival western virtuel en 2020 «pour garder le contact»