Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Sous les yeux des enfants et de la mère de la victime, Frej Haj Messaoud aurait versé de l’essence sur le cou de la victime avant de mettre le feu et de prendre la fuite.
Sous les yeux des enfants et de la mère de la victime, Frej Haj Messaoud aurait versé de l’essence sur le cou de la victime avant de mettre le feu et de prendre la fuite.

Femme immolée en pleine rue à Québec: procès devant jury en novembre

Isabelle Mathieu
Isabelle Mathieu
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Le chauffeur de taxi Frej Haj Messaoud qui aurait tenté d’immoler sa femme en pleine rue à Québec subira son procès devant jury en novembre prochain.

L’homme de 40 ans est accusé de tentative de meurtre sur sa conjointe, une femme de 28 ans. L’agression est survenue le 9 août 2019 dans le quartier Saint-Sauveur, à Québec.

Sous les yeux des enfants et de la mère de la victime, Frej Haj Messaoud aurait versé de l’essence sur le cou de la victime avant de mettre le feu et de prendre la fuite. Il a été retracé le lendemain à Drummondville et est détenu depuis.

La plaignante a été brûlée sur 30% de son corps et a dû être plongée dans le coma durant un mois. Elle a subi au moins sept interventions chirurgicales.

En août 2020, la Couronne a déposé un acte d’accusation privilégié et l’accusé a été cité directement à procès, sans pouvoir passer par l’étape de l’enquête préliminaire.

Le dossier était de retour en Cour supérieure mardi pour fixer la date du procès devant jury.

L’avocat de la défense Me Luc Picard a d’abord demandé un délai supplémentaire, le temps de compléter la préparation de sa défense.

Le procureur de la Couronne Me Matthieu Rochette s’oppose à cette demande et s’inquiète des délais judiciaires qui s’accumulent. Il rappelle que le dépôt de l’acte d’accusation direct visait justement à ce que les procédures ne traînent pas.

Le juge Raymond W. Pronovost de la Cour supérieure a finalement décidé de fixer le procès au 8 novembre prochain, pour une durée de deux semaines. «Il faut que ça procède, a tranché le juge Pronovost. Il y a un accusé, mais il y a aussi une victime.»