Le Suisse Roger Federer a remporté le 101e titre de sa carrière en survolant la finale du Masters 1000 de Miami face à l’Américain John Isner, surclassé 6-1, 6-4, dimanche.

Federer domine un Isner diminué à Miami

MIAMI — Le Suisse Roger Federer a remporté le 101e titre de sa carrière en survolant la finale du Masters 1000 de Miami face à l’Américain John Isner, surclassé 6-1, 6-4, dimanche.

L’homme aux 20 titres du Grand Chelem, âgé de 37 ans, n’a eu besoin que d’une heure et trois minutes de jeu pour battre le tenant du titre et 9e mondial, diminué en fin de match par une blessure à la jambe gauche.

Il a ajouté à son palmarès un quatrième titre à Miami, son 28e dans un Masters 1000, les tournois les plus importants après ceux du Grand Chelem.

Le Suisse, 5e mondial, n’a laissé aucune chance à Isner et l’a complètement neutralisé, en lisant parfaitement son service, pourtant considéré comme le plus redoutable du circuit.

Il a pris d’entrée le service de l’Américain qui a enchaîné les fautes directes dès que le Suisse réussissait ses retours.

Isner, 32 ans, a concédé la première manche en 25 minutes avec quatre as, une contre-performance pour lui, deux double-fautes et huit balles de bris concédées.

Les échanges de la ligne de fond ont été à sens unique alors que Federer déplaçait son rival à sa guise jusqu’à ce que l’Américain ne commette une erreur.

Dans la seconde manche, Isner a retrouvé un semblant de confiance et les deux joueurs sont restés dos à dos jusqu’à la fin du neuvième jeu où Isner s’est brutalement arrêté de jouer.

«Je ne sais pas ce qu’il s’est passé, mais durant la première manche, j’ai commencé à ressentir une douleur au-dessus de mon pied. Non seulement la douleur ne partait pas, mais elle empirait. C’était vraiment terrible, parce que quand vous êtes sur le court, vous êtes tout seul, il n’y a pas un coéquipier pour vous aider. [...] J’ai eu l’impression que je m’étais cassé le pied, je n’ai jamais eu de fracture du pied, mais c’était comme si mon pied était cassé», a expliqué le grand Isner.

Lors de ses cinq premiers matchs du tournoi, Isner avait accumulé 98 as, mais n’en a obtenu que neuf contre Federer.

«Un départ rêvé»

Blessé à la jambe gauche, il a pu terminer le jeu, puis a regagné sa chaise pour être soigné une seconde fois, tout en indiquant à son entourage qu’il ne pouvait plus s’appuyer sur sa jambe gauche.

L’Américain, qui n’avait pas perdu la moindre manche de la semaine, a tout de même repris la finale, en boitant, mais n’était plus en mesure d’inquiéter Federer, de toute façon bien trop fort pour lui.

«La fin de match a été compliquée, car cela m’est arrivé souvent dans ma carrière de jouer contre un adversaire qui est blessé ou malade et ce n’est jamais simple, mais il a fallu que je continue à faire ce que je devais faire», a souligné Federer.

«J’ai pris un départ rêvé dans cette finale, ce genre de départ qui vous permet de vous relâcher un peu et d’être en confiance», a-t-il rappelé.

«Cela a été pour moi une semaine incroyable ici. Vingt ans après ma première participation à ce tournoi, je gagne le titre à nouveau. Je suis très fier de cette longévité», s’est-il réjoui.

Federer est le premier joueur cette année à remporter deux titres sur le circuit, un mois tout juste après son sacre à Dubaï qui lui avait permis de devenir le deuxième joueur de l’histoire à atteindre le chiffre mythique des 100 titres.

Seul l’Américain Jimmy Connors a fait mieux avec 109 titres, mais Federer a indiqué cette semaine que battre ce record n’était pas sa priorité.

Il va maintenant faire un retour très attendu sur terre battue en vue de Roland-Garros, trois ans après sa dernière apparition en compétition (Masters 1000 de Rome en mai 2016) sur une surface qui n’a jamais vraiment eu ses faveurs.