Expédition Mi-loup: le propriétaire suspend les activités en raison de menaces

Expédition Mi-loup a choisi de suspendre ses activités pour une période indéterminée, à la suite de «violentes menaces» lancées à leur égard sur les réseaux sociaux depuis mercredi.

Le propriétaire de l’entreprise qui offre des promenades avec des chiens de traîneau, Antoine Simard, dit prendre «très au sérieux» les images captées par une cliente, Mélina-Anne Shaffer. Dans les vidéos publiées sur Facebook, on voit un employé frapper un chien. 

LIRE AUSSI : Expédition Mi-loup: un cas de maltraitance discutable

Ces images ont été partagées des milliers de fois, plusieurs internautes ont manifesté leur désaccord envers les pratiques et ont bombardé l’entreprise d’insultes. 

«Il est important de souligner que [le court extrait vidéo] ne rend pas justice aux pratiques et aux standards qui ont façonné notre réputation», laisse savoir le propriétaire. 

M. Simard assure toutefois que son entreprise a déclenché une enquête «pour faire la lumière sur l’intervention d’un employé tentant d’intervenir dans une bagarre entre huskies.»

Antoine Simard dit avoir contacté lui même la SPA de Québec et le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ).

«Avant d’être des entrepreneurs, nous sommes d’abord et avant tout des amoureux des animaux. Depuis 2003, Expédition Mi-loup a toujours été respectueuse des meilleures pratiques en matière de bien-être animal. D’ailleurs, un rapport d’inspection du MAPAQ produit en début d’année démontre la conformité de nos installations et de la façon dont nous prenons soin de nos chiens», témoigne-t-il.

Il n’y aura aucune autre déclaration publique de la part de l’entreprise, étant donné les enquêtes en cours. 

Concernant la fermeture d’Expédition Mi-loup, Antoine Simard ajoute qu’il «craint pour la sécurité de ses employés et de ses clients». La Sûreté du Québec a aussi été impliquée dans l’affaire.