Le ministre du Travail, Jean Boulet

Équité salariale: la pression s’accentue sur le ministre Boulet

Un mouvement s’organise en vue de forcer le ministre du Travail, Jean Boulet, à réviser la loi sur l’équité salariale, de manière à rendre justice à toutes les femmes qui sont pénalisées sur le plan financier, malgré l’existence de cette loi depuis plus de deux décennies.

En conférence de presse, mardi, plusieurs porte-parole des principales centrales syndicales et d’autres groupes, appuyées par les trois partis d’opposition à l’Assemblée nationale, ont réclamé des correctifs à la loi qui date de 1996 et qui, selon le groupe, comporte des failles importantes.

On demande notamment que les correctifs salariaux prévus à la loi soient rétroactifs à 2010.

La présidente de la CSQ, Sonia Éthier, a fait valoir qu’avant l’entrée en vigueur de la loi «l’écart salarial horaire moyen entre hommes et femmes était de 15,8 % et qu’aujourd’hui, en 2019, il est encore au-dessus de la barre de 10 %».

Actuellement, seules les entreprises comptant 10 employés et plus sont visées par cette loi. Les syndicats et l’opposition souhaitent que tous les employeurs y soient désormais assujettis.

Dans les faits, ce ne sont donc que 70 % des entreprises qui ont entrepris les démarches vers l’équité salariale. «Il y a donc 30 % des entreprises qui n’ont encore rien fait au Québec, et ça, c’est inadmissible», a commenté Mme Éthier. Le ministre Boulet avait apporté des correctifs à la loi sur l’équité salariale au printemps dernier, mais cela ne suffit pas, selon les syndicats et l’opposition, selon lesquels «le problème de fond n’est pas réglé».

Le groupe a lancé une pétition, en appui à son projet mardi, de même qu’une campagne publicitaire vidéo mettant en vedette trois artistes : Marie Turgeon, Louise Richer et Sophie Prégent. «Ce qu’on demande, c’est qu’il y ait une révision de cette loi, que soit versée rétroactivement à la date de l’événement discriminatoire» les correctifs salariaux, a résumé Mme Éthier.

Outre la présidente de la CSQ, participaient à la conférence de presse les députées Christine Labrie (QS), Monique Sauvé (PLQ), Méganne Perry Mélançon (PQ), et des porte-parole des syndicats suivants : la FTQ, la CSD, le SFPQ, de même que des représentantes de Pour les droits des femmes du Québec et du YWCA.  La Presse canadienne