Animation réalisée par la CNESST

Électrocution mortelle d’un élagueur: planification «déficiente» des travaux, tranche la CNESST [VIDÉO]

La planification «déficiente» des travaux d’élagage a coûté la vie à Marc-André Lavoie, un jeune père de famille mort électrocuté, il y a un an, lorsque sa scie télescopique a dévié sur une ligne électrique pendant qu’il coupait des branches sur un terrain privé de Charlesbourg.

La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a rendu publiques mercredi matin les conclusions de son enquête sur l’accident de travail qui a entraîné la mort de M. Lavoie, 35 ans, élagueur-grimpeur pour l’entreprise Patrick Turgeon (Arb’attage), le 17 mai 2018 à Québec.

Un an après le drame, le rapport de la CNESST précise que le travailleur a été électrocuté lorsque la scie à élaguer télescopique qu’il utilisait pour couper des branches au-dessus de sa tête a dévié et est entrée en contact avec une ligne électrique à moyenne tension.

Le rapport pointe aussi une autre cause liée à l'employeur. «On a retenu que la planification des activités d’élagage était déficiente, ce qui a amené le travailleur à utiliser un outil conducteur alors que sa position dans l’arbre permettait à cet outil d’entrer en contact avec la ligne [électrique] à moyenne tension», a expliqué Sophie Pellerin-Huet, inspectrice à la CNESST de la Capitale-Nationale.

Lorsque la tension de la ligne électrique est inférieure à 125 kilovolts, les travailleurs et leur équipement doivent se trouver à plus de 3 mètres de la ligne. «Il faut voir ça vraiment comme une sphère qui englobe le réseau électrique et qui, en aucun temps, ne doit être pénétrée», dit Mme Pellerin-Huet.

Quand des travailleurs ou de l'équipement sont susceptibles d'entrer à l'intérieur des distances minimales, l’employeur doit communiquer avec l'entreprise d’exploitation électrique comme Hydro-Québec avant de commencer les travaux pour s’assurer que la ligne est mise hors tension, souligne la CNESST.

165 victimes

En 2018, 165 travailleurs ont été en contact avec un courant électrique au Québec. Du nombre, deux ont perdu la vie, dont M. Lavoie.

La CNESST transmettra les conclusions de son enquête sur la mort de M. Lavoie à l’Association québécoise des arboriculteurs commerciaux et à la Société internationale d’arboriculture Québec.

Le rapport d’enquête sera aussi diffusé dans les établissements de formation offrant le programme d’études Arboriculture-élagage pour sensibiliser les futurs travailleurs.

La CNESST visitera également les employeurs qui pourraient d’effectuer de l'élagage ou de l'abattage afin de les informer des règles applicables en matière de travaux à proximité des lignes électriques, ainsi que de leur obligation de s’y conformer et de former leurs travailleurs.

Marc-André Lavoie, 35 ans, a perdu la vie il y a un an lorsque sa scie télescopique a dévié sur une ligne électrique pendant qu’il coupait des branches à Charlesbourg.