Des abeilles en cavale à Saint-Félicien

La gérante de l’animalerie Aqua-plume, Isabelle Villeneuve, a été témoin d’une scène étonnante, sur le stationnement du Carrefour Saint-Félicien, lundi soir, alors qu’elle quittait le centre commercial après son quart de travail. Une centaine d’abeilles virevoltaient au-dessus d’elle et semblaient perdues.

« J’arrive dans le stationnement et je vois un nuage de mouches et je croyais que c’était des taons à cheval, mais je les trouvais folles, les mouches à cheval. Je débarre ma voiture, je rentre et je m’assois. Je fais “hein”, ce n’est pas des taons, ce sont des abeilles », a-t-elle expliqué.

Voyant la détresse chez les insectes, elle décide de contacter un apiculteur qu’elle connaît afin de lui faire part de la situation. « Je lui raconte cela, que je suis dans la cour du centre commercial, que les abeilles ont vraiment l’air désespérées et qu’elles semblent chercher la reine. Je ne sais pas pourquoi ça m’a autant bouleversée, mais je devais faire quelque chose », a-t-elle raconté au Quotidien.

Selon la réponse de l’apiculteur en question, tant et aussi longtemps que les abeilles sont en vol, on ne peut rien pour elles, car ce sont des abeilles perdues. Isabelle Villeneuve devait donc attendre qu’elles se posent pour agir.

Le sauvetage

C’est mardi matin, lorsque Mme Villeneuve est arrivée au boulot, qu’elle a constaté que l’essaim d’abeilles s’était posé sur un poteau en plein milieu du stationnement du Carrefour Saint-Félicien.

« Je regarde près de mon lieu de stationnement et près d’un autre poteau de lumière, mais je ne voyais pas mes abeilles. Je fais peut-être 20 pieds et là je vois, sur l’autre base de lampadaire, mes abeilles en amas.» Mme Villeneuve a donc tenté de contacter plusieurs apiculteurs dans l’espoir que l’un d’eux capture les abeilles avant qu’elles ne se fassent exterminer ou qu’il arrive « un malheur ».

C’est finalement un jeune apiculteur de La Doré qui a récupéré les abeilles à l’aide d’un balai, mardi matin, au grand soulagement de la femme.

Les abeilles se seraient probablement échappées pendant le transport d’un apiculteur, selon les informations que la bonne samaritaine a pu recueillir auprès de ses contacts oeuvrant dans le domaine, mais impossible d’en être certain.