Lucie Tremblay

Crise en soins infirmiers: «du jamais vu», dit l'Ordre des infirmières

MONTRÉAL - La crise qui secoue le milieu des soins infirmiers est telle que même des infirmières appellent à leur ordre professionnel pour «s'autodénoncer», en affirmant qu'elles ne parviennent plus à respecter leurs obligations professionnelles. «Du jamais vu», s'exclame la présidente de l'Ordre des infirmières, Lucie Tremblay.

Et le public aussi appelle à l'ordre professionnel des infirmières, inquiet de voir les infirmières courir, essoufflées, pas toujours capables de dispenser les soins comme elles le voudraient, rapporte Mme Tremblay, la présidente de l'ordre qui représente les 74 500 infirmières du Québec.
Au cours d'une conférence de presse, lundi à Montréal, Mme Tremblay a aussi indiqué que les demandes d'enquête en lien avec la qualité des soins et services ont augmenté ces dernières années. Elles représentent maintenant la moitié des dossiers déposés auprès du syndic de l'ordre, soit 288 sur plus de 500.
La situation ne peut plus durer, s'est exclamée Mme Tremblay. «C'est quelque chose qu'on n'a jamais vu dans le passé.»
«Il y a des infirmières qui sont en train de nous appeler en nous disant: "je vais m'autodénoncer; je ne suis pas capable de suivre mes obligations professionnelles et je trouve la situation tellement grave et je ne sais plus où aller; alors je vais m'autodénoncer". On n'a jamais vu un mouvement comme celui-là ici», a rapporté Mme Tremblay.
Elle a pressé le gouvernement Couillard de régler les problèmes qui durent depuis des années. Elle voit comme un pas dans la bonne direction la solution avancée par la FIQ, le syndicat des infirmières, qui revendique l'instauration de quotas en soins-patients.