Le directeur général de la municipalité, François Corriveau, et le maire Yves Montigny ont dévoilé lundi les raisons ayant mené Baie-Comeau à revoir en profondeur la gouvernance du Drakkar.

Coup de barre chez le Drakkar

BAIE-COMEAU – Changements à venir en dehors de la patinoire au sein du Drakkar de Baie-Comeau. La Ville, propriétaire du club, fera des changements dans la structure, la gouvernance et le financement de l’équipe pour donner suite aux recommandations d’un rapport de l’École nationale d’administration publique (ÉNAP).

La Ville est propriétaire du club depuis 2008 et le Drakkar est géré par un organisme sans but lucratif (OBNL), Hockey junior Baie-Comeau, depuis 2010. Cette organisation est chapeautée par un conseil d’administration auquel le commun des mortels n’avait pas accès. Les choses vont désormais changer.

La fin de saison l’an dernier, avec la sortie publique de Steve Ahern sur l’ingérence du conseil d’administration dans certains décisions hockey, sa réembauche et son congédiement quelques semaines plus tard ont précipité la décision du maire de faire affaire avec l’ÉNAP, même s’il assure qu’il pensait à la chose depuis son élection de novembre 2017.

Le maire soutient que «les rôles et responsabilités de chacun dans l’organisation seront très bien déterminés et écrits très clairement dans le protocole». Il souhaite aussi une meilleure communication entre l’OBNL et les autorités municipales et une plus grande transparence. «Il est anormal qu’il n’y ait pas eu d’assemblée générale annuelle depuis je ne sais combien d’années», a ajouté l’édile.

La première recommandation mise en place concernera justement la tenue d’une assemblée générale annuelle ouverte à l’ensemble des citoyens, ce qui permettra de relancer l’organisation sur des bases en lien avec le rapport de l’ÉNAP. Cette assemblée aura lieu à la fin de la présente campagne, M. Montigny ne souhaitant aucun changement à la structure d’ici là.

Cela dit, Baie-Comeau va toujours continuer à soutenir financièrement le Drakkar, à hauteur de 400 000 $ comme c’est à peu près la norme depuis les dernières années. Yves Montigny soutient d’ailleurs qu’il a entre autres mandaté l’ÉNAP «pour nous assurer que le Drakkar navigue dans la bonne direction et le [fasse] pour longtemps».

Le maire a aussi mis en lumière le fait «qu’on n’a pas constaté d’abus ou d’irrégularités dans la gestion du club, mais on n’est pas à l’abri de ça si on ne met pas en place une nouvelle structure», en lien avec les nouvelles règles de gouvernance municipale mises en place ces dernières années par le gouvernement.

On peut entre autres penser à l’attribution des contrats. Une entreprise privée a moins de règles à respecter en la matière qu’une organisation publique comme une municipalité, régie par des balises strictes. Le directeur général de la Ville, François Corriveau, a d’ailleurs fait valoir que la politique d’achat du Drakkar n’est pas arrimée à celle de la municipalité, ce qui ne peut plus se faire selon les nouvelles règles.

Bouchard chez les Eagles

Pour revenir au hockey comme tel, le directeur général du Drakkar, Pierre Rioux, a finalement trouvé une destination pour Xavier Bouchard. Le défenseur poursuivra sa carrière chez les Eagles du Cap-Breton en retour d’un jeune et de deux deuxièmes choix, dont un conditionnel.

Le Drakkar a ainsi reçu Alex Falardeau, qui faisait partie l’an dernier de la formation historique des Chevaliers de Lévis midget AAA, qui n’ont perdu qu’un seul match en saison régulière avant d’être éliminés en séries par les Lions du Lac-Saint-Louis, alors dirigés par l’actuel entraîneur-chef du Drakkar, Jon Goyens.

Dans cette transaction, le Drakkar récupère aussi son choix de deuxième tour en 2020, cédé en 2018 dans la transaction ayant amené Sacha Roy à Baie-Comeau. Et si Bouchard revient dans le circuit Courteau comme joueur de 20 ans l’an prochain, le Drakkar recevra la sélection de second tour des Eagles en 2021.

«On pense qu’on a eu un bon retour pour Xavier, qu’on remercie pour ses années à Baie-Comeau. J’avais reçu pour lui plusieurs appels, mais finalement pas beaucoup d’offres», d’indiquer Rioux. «On aime bien le potentiel de Falardeau. On va être patients avec lui et on va l’insérer tranquillement dans des responsabilités.»

Bouchard ne partira pas seul pour Sydney. Il sera accompagné par Logan Camp, cédé aux Eagles en retour d’un choix de neuvième ronde en 2020, qui appartenait à l’origine à Rouyn-Noranda.

Pour ce qui est de Gabriel Fortier, au moins quatre équipes seraient intéressées à faire son acquisition, selon Pierre Rioux, qui n’a toutefois pas encore reçu d’offre qui pourrait le convaincre de bouger. C’est un secret de Polichinelle que le capitaine est sur le marché, cycle junior de reconstruction oblige.