L’école secondaire Massey-Vanier a fait l’objet d’un confinement le 19 décembre dernier à la suite de propos tenus par des élèves du secteur anglophone.
L’école secondaire Massey-Vanier a fait l’objet d’un confinement le 19 décembre dernier à la suite de propos tenus par des élèves du secteur anglophone.

Confinement à Massey-Vanier: les responsables «ne trouvent pas ça drôle aujourd’hui»

Les deux élèves de l’école secondaire Massey-Vanier à l’origine du confinement survenu le 19 décembre « ne trouvent pas ça drôle aujourd’hui », indique la commission scolaire Eastern Townships.

« Ils ont subi le jugement de tout le monde, de leurs amis et du personnel, souligne le secrétaire général Éric Campbell. On pense qu’ils ont compris que ce n’était peut-être pas la meilleure chose à faire. »

Un élève de 2e cycle a partagé son intention « d’amener un fusil à l’école » à un camarade, une déclaration qui a été entendue, puis relayée à la direction de l’établissement. L’école a ensuite alerté la Sûreté du Québec, qui a procédé à un confinement de deux heures.

« C’est comme si tu te présentes aux douanes en faisant semblant d’avoir un fusil, illustre M. Campbell. Mais ça n’a jamais été son intention de faire ça. »

Vérification faite, l’adolescent n’avait pas d’arme sur lui et l’école Massey-Vanier « n’a jamais été exposée à aucune menace directe », ajoute le secrétaire général.

Les deux élèves concernés — et non trois — ont toutefois été rencontrés par la SQ. Le corps policier soumettra le dossier à un procureur pour analyse. Il n’est donc pas exclu que des accusations soient déposées.

Éric Campbell, secrétaire général à la commission scolaire Eastern Townships

Retour à l’école

D’ici là, ils reçoivent du soutien de la commission scolaire, comme tout autre élève qui en ressent le besoin, et doivent revenir à l’école « sous peu ». Leurs familles ont aussi été rencontrées.

« Ils ont besoin de comprendre les conséquences de leur geste », dit M. Campbell.

À la commission scolaire Eastern Townships, on précise que la direction de l’école a « très bien réagi » en appelant les policiers. 

« C’était le bon choix à faire. Quand t’entends ce genre d’information là, il ne faut plus prendre de chance. Aujourd’hui, on doit prendre ça au sérieux. C’est tolérance zéro pour ces commentaires-là. Il faut faire attention à ce qu’on dit. »

Le secrétaire général souligne que les exercices de confinement sont dans les cartons d’Eastern Townships depuis environ dix ans et mis à jour chaque année.

« Ç’a été une pratique pour nous, indique-t-il. La sécurité des élèves demeure notre priorité. »

L’école Massey-Vanier, qui accueille près de 1400 élèves francophones et 620 du côté anglophone, est gérée par les commissions scolaires du Val-
des-Cerfs et Eastern Townships.