Le Canadien de Montréal revient à la charge et affirme vouloir collaborer avec le projet d’équipe affiliée de la ECHL à Trois-Rivières.

Colisée de Trois-Rivières: le Canadien revient à la charge

Trois-Rivières — Nouveau rebondissement concernant les futurs occupants du nouveau Colisée de Trois-Rivières. L’organisation des Canadiens de Montréal a réitéré jeudi son intérêt à s’associer avec une équipe de la ECHL qui élirait domicile dans ce nouvel aréna.

Dans une lettre envoyée au maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, et aux membres du conseil municipal, John Sedgwick, le vice-président des opérations hockey et des affaires légales du Canadien de Montréal, affirme que l’intérêt envers ce projet est toujours présent.

«Je vous écris pour réitérer et réaffirmer ce qui avait été mentionné dans la lettre (écrite par moi-même et datée du 11 novembre 2019) qui accompagnait la proposition d’une franchise de la ECHL que vous ont soumise messieurs Dean McDonald et Glenn Stanford», indique-t-il dans sa lettre rédigée essentiellement en anglais.


« «Le Canadien de Montréal est disposé à s’engager à devenir le principal associé pour une franchise de Trois-Rivières au sein de la ECHL» »
John Sedgwick, le vice-président des opérations hockey et des affaires légales du Canadien de Montréal

«Le Canadien de Montréal est disposé à s’engager à devenir le principal associé pour une franchise de Trois-Rivières au sein de la ECHL, tel que proposé par Dean McDonald et Glenn Stanford.»

Le vice-président des opérations hockey et des affaires légales du Canadien de Montréal mentionne aussi que Trois-Rivières détient un avantage géographique indéniable, soit sa proximité avec Montréal. «Nous n’avons actuellement pas d’équipe affiliée dans la ECHL et l’opportunité de combler ce vide avec une franchise à moins de 150 km du Centre Bell et de la Place Bell est très attrayante pour nous», note John Sedgwick avant d’ajouter que l’organisation du Canadien a une pleine confiance envers les deux promoteurs du projet d’équipe de ECHL.

Cette lettre a été envoyée aux conseillers municipaux et au maire Jean Lamarche alors que ce dernier soutenait que le Canadien n’appuyait pas les deux hommes d’affaires.

En entrevue au Nouvelliste jeudi, le maire affirmait qu’il se basait sur les propos de France Margaret Bélanger, la vice-présidente exécutive et chef des affaires commerciales du Canadien de Montréal, voulant que son organisation n’avait pas de lien avec Dean MacDonald.

«On va prendre le temps de regarder la lettre comme il faut et on va contacter le Canadien pour voir ce qu’il en est. Mais ce n’est pas du tout ce que nous avions eu comme informations», affirme le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche.


« «On va prendre le temps de regarder la lettre comme il faut et on va contacter le Canadien pour voir ce qu’il en est. Mais ce n’est pas du tout ce que nous avions eu comme informations.» »
Le maire Jean Lamarche
Le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche.

«Dans la première lettre du Canadien, il y avait un intérêt. Mais quand nous avons parlé à Mme Bélanger, ce n’était pas du tout le son de cloche que nous avions.»

Jean Lamarche estime que les propos contradictoires de deux vice-présidents de l’organisation du Canadien de Montréal sont «nébuleux». «Je vais continuer à investiguer là-dessus. Je n’abandonnerais pas et je vais aller voir ce qui en est», soutient-il.

«Avant de me positionner si c’est intéressant ou pas, je vais aller voir vraiment ce qu’ils cherchent à nous dire. Je veux être bien certain d’où ils en sont, car ça semble être différent de la dernière fois.»

Le conseiller du district des Estacades, Pierre-Luc Fortin, a aussi été surpris du contenu de cette nouvelle lettre. Il précise que France Margaret Bélanger a «brouillé les cartes» avec ses propos et les élus ne savaient plus, en quelque sorte, sur quel pied danser.

«Je comprends le Canadien de clarifier leur position. Parce que quand la vice-présidente a parlé, le message était à l’opposé. Elle n’allait pas dans les médias pour rien. Elle répétait plusieurs fois le même message», affirme Pierre-Luc Fortin qui estime que cette nouvelle lettre du Canadien permet de clarifier le dossier.

De son côté, la conseillère du district des Carrefours, Valérie Renaud-Martin, n’hésite pas à dire «qu’il s’agit d’une bonne nouvelle pour le projet». «Ça vient confirmer l’intérêt réel du Canadien envers le projet de la ECHL. Ce n’est que positif», soutient-elle.

«Le Canadien est une grosse organisation. Peut-être que la dame n’était pas au fait de tous les dossiers.»

Le conseil municipal de Trois-Rivières doit rencontrer lundi prochain l’organisation des Patriotes de l’Université du Québec à Trois-Rivières, qui souhaite devenir les occupants du nouveau Colisée. Les élus assisteront à une présentation de leur projet. Est-ce que la lettre du Canadien va complexifier la décision?

«J’ai toujours tenu le discours que je voulais qu’on rencontre les promoteurs du projet de la ECHL, parce qu’on entend parler du projet des Patriotes, mais on n’a pas donné vraiment de chance à MacDonald de présenter ses intérêts», mentionne Valérie Renaud-Martin.

«On doit s’asseoir avec lui pour voir ce qu’on peut faire chacun comme bout de chemin. Le but est de prendre la meilleure décision possible pour le Colisée et la Ville de Trois-Rivières.»

+

Lettre de l’organisation du Canadien de Montréal

Le 16 janvier 2020, 


Honorable maire Jean Lamarche et conseil municipal de Trois-Rivières,

Je vous écris pour réitérer et réaffirmer ce qui avait été mentionné dans la lettre (écrite par moi-même et datée du 11 novembre 2019) qui accompagnait la proposition d’une franchise de la ECHL que vous ont soumise messieurs Dean McDonald et Glenn Stanford. 

Sous conditions d’en arriver à un accord sur les détails spécifiques concernant l’entente d’affiliation NHL-ECHL, dont nous n’avons pas encore discuté, mais qui ne nous apparaît pas comme étant un obstacle majeur, le Canadien de Montréal est disposé à s’engager à devenir le principal associé pour une franchise de Trois-Rivières au sein de la ECHL, tel que proposé par Dean McDonald et Glenn Stanford.

Nous avons travaillé de près avec Mr Stanford dans le passé (lorsque notre club affilié de la LAH était à St. John’s de 2015 à 2017) et nous envisageons de travailler à nouveau avec lui et son groupe si ce projet se concrétise. Nous n’avons actuellement pas d’équipe affiliée dans la ECHL et l’opportunité de combler ce vide avec une franchise à moins de 150 km du Centre Bell et de la Place Bell est très attrayante pour nous. En se basant sur nos expériences passées avec M. Stanford et sur les succès qu’ont eu messieurs McDonald et Stanford avec les Growlers de Terre-Neuve, nous sommes très confiants qu’une franchise de la ECHL serait entre bonnes mains sous leur gouverne. 


[En français dans la lettre]

Merci beaucoup pour votre temps et votre attention. S’il vous plaît, n’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions.

Cordialement


John Sedgwick

Vice-président des opérations hockey et des affaires légales

Canadien de Montréal


NDLR: lettre traduite de l’anglais

À lire également, la lettre de Dany Dubé: Se démarquer!