Le lieu de l'écrasement de l'avion, où des dizaines de secouristes ont été dépêchés.
Le lieu de l'écrasement de l'avion, où des dizaines de secouristes ont été dépêchés.

Cinq victimes du vol 752 liées à des universités d’Ottawa

Louis-Denis Ebacher
Louis-Denis Ebacher
Le Droit
Trois étudiants de l’Université d’Ottawa et deux membres de la communauté de l’Université Carleton comptent parmi les 176 victimes de l’écrasement d’avion survenu mercredi matin en Iran.

Des 176 victimes, 63 sont canadiennes. Au moins trois d’entre elles étudiaient à l’Université d’Ottawa (Ud’O), alors que deux autres sont connues de la direction de l’Université Carleton.

En après-midi, la direction de l’Université Carleton a écrit à ses étudiants pour confirmer le décès de deux des siens, soit Fareed Arasteh, étudiant au doctorat, et un de ses anciens du programme de biologie, Mansour Pourjam.

Fareed Arasteh
Mansour Pourjam

L’appareil Boeing 737-800 de la compagnie Ukraine International Airlines venait tout juste de décoller de l’aéroport de Téhéran lorsqu’il s’est écrasé.

Plus tard, en soirée, La Presse canadienne a confirmé le décès de Alma Oladi, qui étudiait au doctorat en mathématique à l’Université d’Ottawa.

Les 63 victimes canadiennes sont majoritairement d’origine iranienne, et une trentaine seraient des résidents d’Edmonton. 

Au moins sept résidents d’Ottawa figurent parmi les morts. Outre MM. Arasteh et Pourjam, on connaît aussi les noms de deux autres citoyens de la capitale qui ont péri dans la tragédie, soit Alireza Pey, 48 ans, et Roja Azadian, 43 ans. Selon la Presse canadienne, Mme Azadian devait voyager pour la première fois au Canada avec son mari qui étudie au Collège algonquin d’Ottawa. En raison d’un problème de billet, l’homme serait resté à Téhéran et la femme est montée seule à bord de l’avion.

L’Université d’Ottawa n’avait toujours pas confirmé en début de soirée, mercredi, l’identité des autres victimes qui fréquentaient l’institution. 

« L’Université est extrêmement attristée par ce terrible accident et s’affaire toujours à confirmer l’identité de ces membres de notre communauté universitaire. Cette tragédie affecte toute la communauté universitaire, et nous offrons nos plus sincères condoléances aux familles et aux proches des victimes », a indiqué l’Ud’O dans un communiqué.

Une veillée à la bougie à la mémoire des victimes aura lieu devant le Parlement à Ottawa, à 18 h, jeudi.

L’avion s’envolait vers Kiev, en Ukraine. 

L’appareil a pris feu peu avant de toucher le sol, vers 6 h 10 heure locale, à environ 45 km au nord-ouest de l’aéroport de Téhéran, dans la ville de Chahriar, a confirmé l’Ukraine International Airlines dans un communiqué.

Affaires étrangères

Le ministre canadien des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, a dit que le bilan pourrait évoluer, en raison des renseignements obtenus sur les citoyens ayant la double nationalité canadienne-iranienne.

« La situation évolue extrêmement rapidement, dit-il. J’ai communiqué avec mon homologue ukrainien, et je continuerai de m’entretenir avec les autorités compétentes. »

Les Canadiens qui veulent confirmer si leurs proches étaient passagers du vol PS752 de la compagnie Ukraine International Airlines peuvent communiquer avec le Centre de surveillance et d’intervention d’urgence d’Affaires mondiales Canada, au 613-986-8885, ou au 1-800, 387-3124. La communication peut aussi être faite par courriel au sos@international.gc.ca. L’ambassade canadienne responsable du dossier à l’étranger est celle qui est située à Ankara, en Turquie. Le Canada n’a pas d’ambassade en Iran.

Avec La Presse canadienne