Chiens dangereux: l’application du règlement pointée du doigt à Gatineau

Comme chaque fois qu’un enfant est attaqué et défiguré par un pitbull, à Gatineau, la classe politique se dit préoccupée et rappelle l’importance de respecter la réglementation en place concernant les chiens potentiellement dangereux. Et comme chaque fois qu’un tel incident survient, ce sont les difficultés d’application des règles qui sont pointées du doigt.

«Un enfant qui se fait mordre est un cas de trop», a lancé Gilles Chagnon, conseiller du quartier où le jeune garçon de sept ans a été attaqué, vendredi, alors qu’il se trouvait chez une amie de sa mère qui venait de faire l’acquisition du chien.

«C’est très préoccupant, c’est la deuxième fois en un an que ça survient dans mon quartier, ajoute M. Chagnon. Ce dossier-là va revenir au conseil. Nous avons eu une présentation il y a plusieurs mois, mais là il a été retardé en raison des inondations, mais je vais essayer de le faire revenir avant de partir pour les vacances d’été. Il est important de s’assurer que ces incidents ne surviennent plus.» M. Chagnon précise que la réglementation en place à Gatineau est bonne, mais que le statu quo dans son application n’est pas acceptable.

À LIRE AUSSI: Attaque de pitbull à Gatineau: aucune plainte contre la propriétaire

La présidente de la commission Gatineau, ville en santé, Renée Amyot, a affirmé que l’incident de vendredi était «tout à fait déplorable» et qu’il était, selon elle, important de rappeler aux propriétaires de chien qu’il y a toujours un niveau d’imprévisibilité en présence d’un animal.

«Les propriétaires de chien doivent tenir compte de ça, dit-elle. Notre réglementation est très sévère, mais il faut être en mesure de l’appliquer pour que ça fonctionne. Les sanctions sont importantes […], mais nous avons des préoccupations à l’égard de l’application de nos règlements. Nous sommes dans l’attente d’une présentation du service de police qui doit nous revenir avec des recommandations. Ça devrait être fait avant l’été.»