Deux accidents impliquant huit véhicules sont survenus coup sur coup.

Chaos sur la 175

Deux accidents faisant cinq blessés légers et impliquant huit véhicules ont forcé la fermeture de la route 175, en direction sud, pendant environ trois heures jeudi après-midi à la hauteur du kilomètre 110, après être survenus presque simultanément.

Les accidents se sont produits vers midi, quelques kilomètres après l’Étape, en direction de Québec, dans la Réserve faunique des Laurentides, dans une courbe descendante, alors que la chaussée était glacée.

« Au total, huit véhicules ont été impliqués dans deux sites d’accident différents. Il y a eu cinq blessés mineurs, mais aucune blessure faisant craindre pour la vie », a expliqué Stéphane Tremblay, porte-parole de la Sûreté du Québec, qui n’était pas en mesure de préciser la distance qui séparait les deux sites d’accident.

L’un des accidents a impliqué trois véhicules, tandis que cinq véhicules sont entrés en collision dans le second cas. Un camion-citerne a aussi été impliqué, mais aucun déversement n’a eu lieu. Une déneigeuse a également été heurtée par un véhicule, mais elle n’est pas à l’origine d’un des deux accidents.

La route avait été fermée à la circulation en raison de la logistique demandée lors de l’intervention auprès des blessés et pour faciliter le nettoyage de la route.

La circulation a été rouverte sur une voie, vers 15 h, avant que les deux voies ne soient de nouveau accessibles peu avant 16 h, a indiqué le ministère des Transports, via son le compte Twitter Québec511.

Selon des automobilistes qui ont dû attendre la réouverture de la route, la halte routière de l’Étape était particulièrement achalandée jeudi après-midi, et des pannes de courant ont compliqué la vie des commerçants et des clients de l’endroit au même moment.

La route avait été fermée à la circulation en raison de la logistique demandée lors de l’intervention auprès des blessés et pour faciliter le nettoyage de la route.
Cinq personnes ont subi des blessures légères lors des deux accidents.

Chaussée glissante

Des bourrasques et un manque d’adhérence de la chaussée en raison du froid pourraient expliquer la série d’accidents, selon le journaliste Patrice Bergeron de la Presse canadienne, présent sur les lieux.

« C’est une immense courbe qui descend vers un lac. Souvent, la visibilité est réduite en raison du brouillard. Il y avait beaucoup de bourrasques et la chaussée était glissante. J’ai vu qu’il y avait eu de nombreux accrochages qui se sont produits quelques minutes à peine avant que j’arrive », a-t-il décrit. Il était environ 12 h 15 au moment de son passage.

Derrière lui, plusieurs autres voitures ont dû ralentir pour éviter d’autres collisions. Lui-même a pu passer en évitant les voitures endommagées.

« J’ai vu une Mazda 3 qui avait l’avant complètement tranché. Elle avait percuté l’arrière d’un camion-remorque de produits pétroliers. J’ai vu aussi un véhicule utilitaire sport qui avait l’arrière tronçonné », a raconté le journaliste, qui a tout de même pu rentrer chez lui sans dommages.

Selon lui, les gens ne semblaient pas blessés malgré les impacts. Il dit tout de même avoir croisé au moins sept ambulances en poursuivant sa route.