Le conseiller municipal gatinois Mike Duggan.
Le conseiller municipal gatinois Mike Duggan.

«C’est notre fête nationale tabarn...», lance le conseiller Mike Duggan

Le conseiller municipal Mike Duggan a accumulé quelques frasques depuis son entrée en politique municipale en 2013. Sa dernière boutade lancée sur Facebook envers les gens qui craignaient les attroupements et les risques de propagation du coronavirus dans le cadre des festivités de la fête nationale, mercredi, à Aylmer,  soulève toutefois l’indignation de bien des citoyens.

«Arrêtons de juger, de pleurer, de chicaner et vivons un peu, c’est notre fête nationale tabarnak», a-t-il écrit en réponse aux internautes qui soulignaient que les règles de distanciation sociale n’étaient pas toujours respectées lors du spectacle ambulant d’Émile Bilodeau. Certains citoyens ont salué son franc-parler, mais plusieurs autres, tant des francophones que des anglophones, ont répliqué en affirmant s’être sentis «agressés et insultés» par les propos du conseiller. 

Plusieurs, dont des travailleurs de la santé, ont critiqué ce qu’ils estiment être de l’insouciance face aux risques de contagion, allant même jusqu’à le traiter de «covidiot». 

Invité par Le Droit à expliquer sa sortie, le conseiller Duggan a reconnu qu’il aurait dû éviter l’utilisation du mot «tabarnak». Il ajoute toutefois qu’il ne voulait pas être agressif, mais plutôt dire : «voyons donc, c’est la fête nationale, on a enfin quelque chose de positif, des gens ont travaillé très fort pour créer quelque chose dans le respect des règles et là des gens préfèrent lancer des roches». Il affirme avoir été surpris par l’ampleur que cela a pris sur sa page Facebook. 

M. Duggan reconnaît que la COVID-19 doit être prise au sérieux. «Le problème c’est que beaucoup de gens se prennent pour la police et aiment surveiller leurs voisins comme si on était en Allemagne de l’Est, ajoute-t-il du même souffle. Je comprends que des gens puissent être craintifs et que je devrais être plus sympathique envers ça, mais moi je suis plus du côté libertarien. Il faut respecter les lois, mais je crois qu’on ne devrait pas imposer trop des restrictions à la population. Est-ce qu’on doit obliger un couple avec ses enfants qui habitent ensemble à être à deux mètres les uns des autres pendant un court spectacle à l’extérieur?.» 

En avant-midi, jeudi, M. Duggan a repris la plume pour expliquer sur sa page Facebook ce qui a motivé son intervention de la veille. Il conclut son message par «bonne St-Jean à tous tabarnak».