Bianca Andreescu poursuit sa route aux Internationaux des États-Unis.

Bianca Andreescu a raison de Kirsten Flipkens et passe au 3e tour

NEW YORK — Vous pouvez ajouter Kirsten Flipkens à la liste grandissante de gens qui pensent que la Canadienne Bianca Andreescu peut gagner le simple féminin des Internationaux de tennis des États-Unis en 2019.

La Belge de 33 ans l’avait déclaré avant leur duel de deuxième ronde jeudi. Et après que Andreescu eut signé une victoire de 6-3, 7-5 pour atteindre le troisième tour d’un tournoi du Grand Chelem pour la première fois de sa carrière, Flipkens le lui a même fait savoir au filet.

«Je lui ai dit que ç’avait été un bon match, que je pense qu’elle peut gagner ce tournoi et qu’elle doit croire en ses habiletés», a raconté Flipkens.

«C’est clair. Si vous triomphez à Indian Wells et à Toronto, vous êtes une favorite. Ce sont des tournois qui ont presque le même statut qu’un Grand Chelem.»

Denis Shapovalov, qui a suivi Andreescu sur le court numéro 5 et hérité d’un imposant groupe de partisans canadiens, a continué dans la foulée de sa compatriote et a lui aussi atteint le troisième tour à la suite d’une victoire de 6-4, 7-6 (2), 6-2 contre le Suisse Henri Laaksonen.

Classé 33e au monde, Shapovalov trouvera sur son chemin le Français Gaël Monfils, qui a défait le Roumain Marius Copil 6-3, 6-2, 6-2.

Le Canada n’a toutefois pas été en mesure de compléter le tour du chapeau. Après avoir surpris Karen Khachanov, neuvième tête de série, lors du tour initial mardi, le Britanno-Colombien Vasek Pospisil s’est incliné en quatre manches de 3-6, 7-6 (4), 3-6, 4-6 face à l’Américain Tennys Sandgren, 72e joueur mondial.

Plus constante

Andreescu a affiché plus de régularité que lors de son duel de premier tour contre l’Américaine Katie Volynets. Et elle a eu besoin de garder son sang-froid face au jeu de Flipkens, marqué par de la variation dans la puissance et la profondeur de ses coups, dans le but de briser le rythme de son adversaire.

«Ce n’est pas facile de jouer contre Flipkens, a dit Andreescu. Je suis juste contente de la façon dont j’ai composé avec ses balles, et aussi du fait que j’ai gardé mon sang-froid. Il y a peu de filles qui vont si souvent au filet. J’ai essayé de gérer ça le mieux possible. Je pense m’en être très bien tirée.» Flipkens n’a pas l’habitude de louanger son adversaire après une défaite. Mais elle possède un don pour reconnaître le talent.

Il y a deux ans, lors des qualifications à l’important tournoi de Cincinnati, la Belge avait perdu 6-1, 6-0 aux mains d’une jeune Australienne qui reprenait le collier après un long congé. Flipkens se souvient qu’elle n’avait pas mal joué, et qu’elle n’était même pas déçue.

«Je savais que je n’avais pas seulement perdu contre une qualifiée. Je savais que cette jeune avait quelque chose de spécial», a écrit Flipkens sur Twitter après que Ashleigh Barty eut remporté les Internationaux de France, en juin, pour devenir la numéro un mondiale.

«Après ce match, j’avais dit “cette jeune sera dans le top 10 en moins d’un an, s’il s’agit de son niveau de jeu normal.”»

Andreescu a paru légèrement décontenancée lors de sa conférence de presse lorsqu’elle s’est fait demander ce qu’elle pensait du fait qu’elle se trouvait au neuvième rang du «classement en direct» de la WTA.

Actuellement 15e au monde et sans points à défendre à Flushing Meadows après avoir été éliminée en première ronde des qualifications il y a un an, il n’est pas impossible qu’elle se retrouve dans le top 10 si elle continue de gagner.

Le «classement en direct» offre un portrait du classement individuel à n’importe quel moment. Mais ce portrait peut changer après chaque résultat final, surtout quand la lutte est serrée au sommet de la hiérarchie.

«Vous blaguez? Vraiment? Wow, non, OK. Donnez-moi une seconde, a déclaré Andreescu. Habituellement, je ne regarde pas ces choses. J’essaie seulement de me concentrer sur mon jeu, mais c’est wow. C’est tout ce que je peux dire pour l’instant.»

Plusieurs joueuses toujours en lice aux Internationaux des États-Unis pourraient la doubler dans le classement à moins que Andreescu continue de gagner.

L’une d’elles est la Danoise Caroline Wozniacki, 19e tête de série, qui a eu besoin de trois manches pour se défaire de l’Américaine Danielle Collins, 4-6, 6-3, 6-4 jeudi soir.

Andreescu a défait Wozniacki à Auckland en Nouvelle-Zélande en janvier, envoyant alors le message qu’elle ne serait pas à négliger cette année.

«C’était la première fois que je battais une joueuse qui a déjà été dans le top 10», a confié Andreescu. Ç’a m’a donné un élan.»

+

HALEP ÉLIMINÉE PAR UNE QUALIFIÉE 

NEW YORK — Taylor Townsend, 116e au monde, a causé toute une surprise aux Internationaux des États-Unis, jeudi, montrant la sortie à la quatrième tête de série, Simona Halep.

Confrontée à la championne de Wimbledon, la qualifiée américaine a gagné 2-6, 6-3 et 7-6 (4), accédant ainsi à la troisième ronde.

Agressive, Townsend est allée au filet 106 fois, avec un taux de succès de 60 %. Sa rivale roumaine n’est allée au filet que 10 fois.

Athlète de 23 ans de Chicago, Townsend a concrétisé la victoire avec un service volée, après deux heures et six minutes.

«Cette victoire a beaucoup d’importance pour moi. La route a été longue, a dit une Townsend émotive sur le terrain, après le match. À Wimbledon, j’ai eu une balle de match face à (Kiki) Bertens. J’ai eu plusieurs matches serrés cette année, sans connaître de grand succès. Ce match-là me donne tellement confiance de me dire, “je peux y arriver”.»

Townsend avait une fiche de 0-10 contre des joueuses du top 10. Sa prochaine rivale sera la Roumaine Sorana Cirstea, gagnante 3-6, 6-4 et 6-2 contre Aliona Bolsova.

La championne en titre Naomi Osaka a aisément disposé de Magda Linette 6-2, 6-4.

Osaka, qui avait requis trois sets pour venir à bout d’Anna Blinkova au premier tour, a déclaré après la rencontre qu’elle était simplement heureuse de ne pas avoir eu à négocier de nouveau trois sets cette fois-ci. Elle a ajouté qu’elle était soulagée que ses célèbres invités — l’ex-joueur de football Colin Kaepernick et l’ex-joueur de basketball Kobe Bryant — n’aient pas eu à endurer le soleil de plomb trop longtemps en plein après-midi.

Cette victoire met la table pour un match qui risque d’être intrigant au prochain tour. Si Coco Gauff bat Timea Babos en soirée, l’Américaine de 15 ans pourrait croiser le fer pour la première fois de sa jeune carrière avec la numéro 1 mondiale.

Andrea Petkovic a donné le ton à la journée en renversant la sixième tête de série Petra Kvitova 6-4, 6-4.

Kvitova, double championne à Wimbledon, n’a jamais pu trouver ses repères en fond de terrain ou au filet. Elle a commis 32 fautes directes, et la dernière s’est produite alors qu’elle était confrontée à une balle de match. La Tchèque a tenté un smash qui a heurté le cadre de sa raquette et expédié la balle loin du terrain.

Quant à Petkovic, une Allemande classée 88e au monde, c’était la deuxième fois qu’elle venait de l’arrière pour l’emporter cette année dans le tableau principal.

Elle affrontera au prochain tour la gagnante du duel entre la 25e tête de série Elise Mertens et Kristyna Pliskova.

Par ailleurs, la 20e tête de série Sofia Kenin a pris la mesure de l’Allemande Laura Siegemund 7-6 (4), 6-0. Associated Press