Âgée de 4 ans seulement, Léanne Baril doit se battre contre une forme très virulente de cancer. Elle doit se rendre à Philadelphie dans les prochaines semaines pour pouvoir subir des traitements de radiothérapie.

Atteinte du cancer: une communauté derrière Léanne

SAINT-TITE — À peine âgée de 4 ans, la petite Léanne Baril doit mener le combat de sa vie. La fillette de Saint-Tite est atteinte d’un cancer virulent et doit subir très bientôt des traitements à Philadelphie aux États-Unis. Afin de lui venir en aide, toute une communauté se mobilise.

Le 4 août dernier, la vie de la petite Léanne a été complètement chamboulée. En quelques jours, son état de santé s’est rapidement détérioré. D’abord rouge, son œil gauche était poussé hors de son orbite.

«C’est un cancer à progression rapide», confie Mylène Francoeur, la mère de la petite Léanne. «Heureusement, le cancer a poussé vers son œil et non vers son cerveau. C’est pour ça qu’on a pu le voir rapidement.»

Le cancer qui afflige Léanne est un rhabdomyosarcome, un cancer qui s’attaque aux tissus mous et aux muqueuses. «En quelques jours, le cancer était rendu dans sa bouche, son nez, sur sa lèvre et dans sa joue. Ç’a été vraiment très rapidement», précise Mme Francoeur. «Elle a rapidement commencé les traitements de chimiothérapie, car on voulait préserver son œil. Sa vision n’a heureusement pas été atteinte.»

La prise en charge a en effet été très rapide. Après une consultation auprès d’une optométriste, Léanne a été référée à un ophtalmologiste à Shawinigan. «Tout s’est mis à débouler par la suite. Elle a subi un scan d’urgence et après on a été transféré à 4 h du matin à Sainte-Justine où on a appris qu’elle avait un cancer», explique la mère de la fillette de Saint-Tite.

«On a été pris en charge rapidement. Nous avons eu une belle équipe de spécialistes qui ont fait un très bon travail. Il ne fallait pas que ça tarde.»

Depuis l’annonce de sa maladie, Léanne doit se rendre chaque semaine à l’hôpital Sainte-Justine pour enfants de Montréal pour subir des traitements. En raison des effets secondaires des traitements, la fillette doit être gavée. Jusqu’à présent, la petite répond toutefois bien au traitement et la tumeur a diminué.

«Elle est vraiment bonne. C’est fou comme elle garde sa joie de vivre», mentionne Mylène Francoeur.

Ces déplacements hebdomadaires vers Montréal, qui vont durer au moins un an, entraînent inévitablement une pression financière sur ses parents. À cela s’ajoute un séjour à Philadelphie prévu dans les prochaines semaines. Léanne devra subir des traitements de protonthérapie durant six semaines, une technologie qui n’est pas disponible au Québec. «C’est une radiothérapie qui cible plus les cellules cancéreuses. Ça permet de faire moins de dommage aux tissus de son visage», précise la mère de Léanne.

«Une vague d’amour»

La famille de Léanne a besoin d’aide pour surmonter cette difficile épreuve. Bien que l’assurance maladie rembourse les traitements de Léanne, plusieurs frais connexes doivent être épongés par sa famille. Actuellement enceinte et en congé prolongé en raison de l’état de santé de sa fille, Mylène Francoeur ne pourra possiblement pas être auprès de Léanne durant les six semaines de traitements aux États-Unis.

Afin de venir en aide à Léanne et sa famille, une campagne de sociofinancement a été mise sur pied sur le site Internet Gofundme. Tous pour Léanne Baril (https://fr.gofundme.com/pour-leanne-baril) est une initiative d’une amie de Mylène Francoeur. L’objectif de cette campagne est d’amasser 10 000 $ pour permettre à la tante de Léanne de l’accompagner à Philadelphie. Si jamais Mylène Francoeur doit rentrer au pays plus tôt que prévu, elle sera là pour la petite.

«On ne connaît pas encore la date du départ. On va le savoir à la dernière minute. Ma belle-sœur prend un congé pour nous accompagner. L’argent amassé va payer son voyage et la dédommager pour son salaire perdu», soutient Mme Francoeur.

Un spectacle-bénéfice du groupe Illusion Floyd, hommage à Pink Floyd, aura également lieu le 17 novembre à la salle Aubin de Sainte-Thècle pour venir en aide à la petite Léanne. Un des claviéristes de la formation, Jeannot Lessard, est un ami de la famille et voulait aider comme il le pouvait. La première partie de la soirée sera assurée par l’humoriste Serge Baril.

«Le groupe voulait faire un spectacle pour Léanne», précise la mère de la fillette. «Nous sommes vraiment touchés. Plusieurs personnes ont fait des petites choses pour aider Léanne.»

Autre signe que la communauté de Mékinac est derrière Léanne, des boîtes de dons ont été déposées un peu partout dans des commerces de Saint-Tite et Sainte-Thècle. «On est vraiment chanceux. Les gens sont vraiment mobilisés. Ils ont fait plein de petites campagnes de financement», avoue Mylène Francoeur. «On a eu une vague d’amour de la communauté. Nous en sommes tellement reconnaissants. C’est agréable de voir que nous ne sommes pas seuls.»

Les membres du groupe départ à neuf du Carrefour emploi Mékinac ont aussi décidé de mettre la main à la pâte. Le 21 novembre prochain, ils tiendront un dîner hot dogs dans le stationnement de la salle des aînés à Saint-Tite pour amasser des dons pour Léanne.