Le SPVQ avait déjà sollicité l’aide de la population et des médias afin de faire progresser l'enquête. Les objets laissés sur les lieux par le suspect, soit une casquette beige du groupe de musique AC/DC, le 17 juillet 2017, ainsi qu’un masque en néoprène, en août 2011, avaient été rendus publics.

Arrestation d'un suspect d'agressions sexuelles en série à Québec

Un suspect a été arrêté mardi pour de multiples agressions sexuelles et introductions par effraction à Québec.

Les enquêteurs de l’unité des délits familiaux et agressions sexuelles du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) ont mis les menottes, mardi, à Charles Sylvain-Trépanier, 40 ans. 

L’enquête a été menée avec la Gestion des enquêtes sur les crimes en séries (GECS) de la Sûreté du Québec.

La première infraction dont Sylvain-Trépanier est suspecté a été perpétrée en août 2011 dans le secteur de Cap-Rouge. La victime était dans la quarantaine. 

Le second évènement est survenu en octobre 2013 dans le secteur de Sillery, alors que la victime était âgée de 90 ans. 

La plus récente agression présumée est survenue le 17 juillet 2017. Le suspect serait entré par effraction dans une résidence du secteur Limoilou. Il aurait ensuite agressé sexuellement une septuagénaire vivant seule. 

Les trois crimes dont Sylvain-Trépanier est soupçonné se sont déroulés la nuit. Les résidences étaient déverrouillées. Le suspect aurait profité «du fait que les victimes dormaient seules et vulnérables», précise le SPVQ. 

Lors des agressions, le suspect aurait tenté de se cacher le visage et n’aurait pas été armé. 

Chaque fois, Sylvain-Trépanier se serait livré à des agressions sexuelles. Il aurait ensuite pris la fuite par un chemin ferré ou une piste cyclable lorsque la victime se réveillait.

Le SPVQ avait déjà sollicité l’aide de la population et des médias afin de faire progresser cette enquête. Les objets laissés sur les lieux par le suspect, soit une casquette beige du groupe de musique AC/DC, le 17 juillet 2017, ainsi qu’un masque en néoprène, en août 2011, avaient été rendus publics.

Sylvain-Trépanier devrait comparaître ce matin au palais de justice de Québec.