L’ancienne gloire du tennis canadien Aleksandra Wozniak s’installera à Bedford afin d’y lancer l’académie qui portera son nom.
L’ancienne gloire du tennis canadien Aleksandra Wozniak s’installera à Bedford afin d’y lancer l’académie qui portera son nom.

Aleksandra Wozniak ouvrira une école de tennis à Bedford

La région accueillera bientôt une autre illustre résidente. L’ancienne gloire du tennis canadien Aleksandra Wozniak s’installera à Bedford afin d’y lancer sa propre académie. Elle souhaite ainsi redonner au suivant et, pourquoi pas, «former les futurs champions et championnes».  

L’Académie Aleksandra-Wozniak devrait amorcer ses activités en septembre prochain sur les quatre terrains appartenant à la Ville de Bedford. Le projet semble plus que prometteur.

«Ce sera pour les athlètes de tous les niveaux et tous les âges. Je veux partager mon expérience, mon vécu et ma passion pour le tennis», a-t-elle expliqué en entrevue avec La Voix de l’Est.

«On offrira des cours personnalisés et des camps de différentes durées. Des coachs ont déjà réservé leur place et amèneront des joueuses provenant de l’Europe», a ajouté la sympathique femme de 32 ans, qui a récemment obtenu la certification de niveau 3 de l’Association canadienne des entraîneurs.

Des forfaits comprenant l’hébergement et des repas seront offerts. Des collaborations avec différentes universités sont aussi prévues.

Wozniak sera entourée d’une équipe comprenant des spécialistes de la nutrition et du conditionnement physique, entre autres.

Cette dernière a été séduite par les paysages de Brome-Missisquoi au point de s’y installer sur une base permanente.

«J’ai découvert cette belle région grâce au Challenger [de Granby]. Je ne pouvais pas rester très longtemps quand je jouais, mais j’ai eu l’occasion d’y retourner au cours des dernières années. J’adore la campagne, les montagnes et la nature.»

Aleksandra Wozniak espère que son académie, totalement indépendante des fédérations provinciale et nationale, offrira par la suite une programmation hivernale en partenariat avec un centre de tennis intérieur. Celle qui est grimpée jusqu’au 21e rang mondial en juin 2009 continuera néanmoins à offrir des cours à travers la province.

Dimanche, Wozniak tenait d’ailleurs la deuxième journée de son camp à Blainville, où elle a grandi.

«Sur les terrains de ciment, il fait près de 40 °C, mais on est quand même capables de tenir de bons entraînements. On s’assure que tout le monde est bien hydraté et on respecte toutes les consignes sanitaires», a-t-elle glissé.

Après une carrière remarquable, Aleksandra Wozniak désire maintenant redonner au suivant et former de futurs champions.

La tête pleine de projets 

Au cours d’une carrière qui a officiellement pris fin en décembre 2018, Aleksandra Wozniak a remporté un titre WTA (obtenu à Stanford en 2018) et 11 autres sur le circuit de l’ITF. Elle a remporté le prix Bobbie-Rosenfeld, remis à la meilleure athlète féminine au pays par La Presse canadienne, en 2009, et a été intronisée au Temple de la renommée de la Coupe Rogers l’été dernier.

Toujours en paix avec la décision de se retirer, la principale intéressée ne manque pas de projets.

«2019 a été une belle année de transition et de découvertes. Je me suis trouvé de nouveaux talents», a-t-elle raconté.

«J’ai travaillé en marketing pendant près d’un an pour une entreprise québécoise dans le domaine des vêtements thérapeutiques. J’ai aussi donné beaucoup de conférences sur la persévérance dans des écoles et des entreprises.»

Après une collaboration fructueuse avec l’étoile montante Jada Bui au niveau junior, Wozniak jongle avec l’idée d’entraîner des professionnels, probablement à temps partiel.  

«Il y a maintenant beaucoup plus de Canadiens sur le circuit professionnel et ils profitent d’un meilleur encadrement. Quand je jouais, j’étais la seule Québécoise parmi le top-50. Certains disent que j’ai été la pionnière qui a tracé la voie pour les prochains.»

«Je veux continuer de redonner à la communauté et à un milieu qui m’a tellement supportée.»