«Les évacuations se sont déroulées dans la zone publique du terminal», où se trouvent les comptoirs d’enregistrement des compagnies aériennes, a confirmé la porte-parole de l’aéroport Laurianne Lapierre.

Aéroport de Québec: 200 personnes évacuées à la suite de menaces

Environ 200 personnes ont été évacuées de l’aéroport de Québec, samedi en début de soirée, après qu'un individu disant se trouver sur place ait proféré des menaces.

«Les évacuations se sont déroulées dans la zone publique du terminal», où se trouvent les comptoirs d’enregistrement des compagnies aériennes, a confirmé la porte-parole de l’aéroport Laurianne Lapierre.

«Les passagers qui se trouvent dans la zone stérile [une fois passé le contrôle de sécurité] y sont toujours et ceux qui arrivent sont maintenus dans cette zone pour l’instant», a ajouté M. Lapierre lorsque jointe en début de soirée. Elle a alors précisé que les opérations suivaient leurs cours et que les avions n'étaient pas cloués au sol.

La route d’accès à l’aéroport a cependant été fermée. 

La situation est revenue à la normale peu après 21h, a confirmé Mme Lapierre. L'accès à la zone publique du terminal a été rouvert ainsi que la route pour se rendre à l'aéroport.

Le Service de police de la Ville de Québec a confirmé avoir reçu un appel à 18h10 concernant «un individu qui disait se trouver à l'aéroport et qui a proféré des menaces», signale la porte-parole Cindy Paré. La nature de ces menaces n'a pas été précisée. 

Les policiers ont fait des vérifications dans le terminal pour s'assurer que les lieux étaient sécuritaires avant de permettre aux gens de réintégrer l'endroit. L'individu suspect n'a pas été localisé et une enquête est en cours, a précisé Mme Paré.

Voyageurs confinés

Paul Joncas, un voyageur rejoint par La Presse canadienne, avait indiqué plus tôt qu'il estimait que 200 voyageurs avaient été placés dans une zone sécurisée à l'intérieur de l'aérogare : «Lors de l'atterrissage, on a vu les camions de pompiers sur le tarmac. On a été dirigé vers un secteur sécuritaire où on est confiné avec les autres voyageurs», a -t-il indiqué, lors d'une conversation téléphonique.

Avec La Presse canadienne