Les Snowbirds en spectacle à Gatineau.

Acrobaties et chaleur intense à Gatineau

Vrilles, montées en flèche, boucles, vols en formation, les pilotes au spectacle aérien Aéro Gatineau-Ottawa 2018 ont offert des acrobaties aériennes à couper le souffle aux milliers de personnes qui se sont rassemblées, samedi, sur les terrains de l’aéroport de Gatineau.

C’est le capitaine Stefan Porteous aux commandes de son CF-18 Hornet des Forces canadiennes qui a ouvert le bal, poussant les réacteurs de son appareil à des vitesses vertigineuses au-dessus de la piste d’atterrissage et effectuant des prouesses aériennes lui infligeant des forces centrifuges de 7G.

D’ailleurs, l’avion de combat figure parmi les préférés des visiteurs sur le site. Il y avait constamment une longue file d’attente pour accéder au cockpit ambulant de l’appareil.

«Nous sommes ici pour éduquer les Canadiens sur ce que les forces aériennes accomplissent pour eux chaque jour. L’aviation royale canadienne fait des opérations chaque jour. Nous avons deux missions importantes ici au Canada, soit la surveillance de l’espace aérien canadien et pour l’Amérique du Nord avec NORAD. C’est une mission où nous ne pouvons pas échouer. L’autre mission quotidienne est le sauvetage», a expliqué la major Holly-Anne Brown, du quartier général des Forces canadiennes à Ottawa.

L’astronaute et ancien pilote canadien des Forces canadiennes, Chris Hadfield, et son frère, Dave, ont participé au spectacle aérien avec les Ailes d’époque du Canada, avec qui ils volent depuis plus d’une décennie. M Hadfield était à bord d’un Harvard tandis que Dave a piloté un Mustang.

Un Spitfire a participé au spectacle aérien de samedi, et Chris aura l’honneur d’être aux commandes de l’appareil dimanche alors qu’une cérémonie se déroulera à l’aéroport de Gatineau pour souligner la Bataille d’Angleterre lors de la Deuxième Guerre mondiale.

«Le Spitfire fut déterminant pour inverser le cours des choses», a relaté Chris Hadfield, précisant que la cérémonie de dimanche honorera les anciens combattants ayant servi leur pays.

Dave vient de terminer un périple aller-retour jusqu’à Vancouver aux commandes du Spitfire, parcourant quelque 9600 km.

«Je suis probablement le pilote le plus chanceux au Canada», a-t-il lancé.

«Le Spitfire est une icône de la Deuxième Guerre mondiale. Tous les vétérans ont un regard respectueux envers l’avion lorsqu’ils se remémorent des souvenirs de l’avoir piloté. C’est un avion de combat de courte portée. Alors l’avoir piloté d’un bout à l’autre du continent, aller-retour, c’est toute une entreprise», a expliqué Dave Hadfield.

Un spectacle aérien comme celui de samedi où 100 ans d’aviation ont été célébrés est une bonne occasion de réfléchir au passé, au présent et au futur, selon Chris Hadfield.

«Si vous oubliez le passé, c’est à vos propres risques. C’est toujours bien de se rappeler de beaucoup de choses que l’on tient normalement pour acquises», a indiqué M. Hadfield, précisant que c’est la mission des Ailes d’époque du Canada d’enseigner le passé aux gens, notamment aux jeunes pour qu’ils puissent voir certains des chemins qui existent pour eux dans l’avenir.

Le spectacle aérien s’est terminé avec la prestation toujours impressionnante des Snowbirds. 

Les organisateurs de l’événement ont estimé à quelque 20 000 le nombre de personnes sur le site. Certaines ont subi des coups de chaleur en raison de la température élevée et ont été traitées par des ambulanciers paramédicaux. L’humidex était de 39 à l’aéroport de Gatineau à 14 h et à 15 h.