Le député de Lac-Saint-Jean Alexis Brunelle-Duceppe
Le député de Lac-Saint-Jean Alexis Brunelle-Duceppe

ACEUM: les députés bloquistes du Saguenay dénoncent le sort de l’aluminium

OTTAWA — Les élus fédéraux du Saguenay - deux bloquistes et un conservateur - ont joint leurs voix à celles des travailleurs de l’aluminium pour dénoncer la dernière version de l’accord de libre-échange entre le Canada, les États-Unis et le Mexique (ACEUM).

Jeudi matin, les trois députés ont tenu, avec le président du Syndicat des travailleurs de l’aluminium d’Alma, un point de presse devant la Chambre des communes.

Le syndicat réclame que l’entente ne soit pas ratifiée par les parlementaires.

Les deux bloquistes - Mario Simard et Alexis Brunelle-Duceppe - comptent voter contre la ratification, tout comme leurs 30 collègues du Bloc québécois. Le conservateur Richard Martel a refusé de promettre la même chose.

«Aujourd’hui, je suis obligé de dire qu’on va regarder ça au parti (...) Pour tout de suite, moi je ne peux pas aller plus loin que ça», s’est justifié M. Martel qui s’est empressé de quitter le point de presse.

Quelques minutes plus tard, son parti publiait un communiqué pour se plaindre de la qualité de l’information offerte à l’opposition par le gouvernement, sur le contenu de l’entente signée mardi à Mexico.

«Les libéraux (...) se trompent s’ils pensent que nous allons accepter l’entente sans rien dire», a écrit le conservateur Erin O’Toole.

Le député rappelle, toutefois, que son parti est celui des ententes de libre-échange. Il faut en comprendre qu’il y est d’habitude favorable.

L’attitude bloquiste est toute autre.

«Ils ont protégé l’acier», a souligné à répétitions le député Simard.

«Pourquoi ils ne le font pas avec l’aluminium? Pourquoi c’est nous, encore, au Québec qui sommes la monnaie d’échange? Si 90 pour cent de l’aluminium était fondu en Ontario, est-ce qu’on serait devant le même résultat aujourd’hui?», a-t-il martelé.

Mercredi, le premier ministre François Legault s’est dit déçu du sort réservé à l’aluminium, mais il réclame, tout de même, la ratification de l’accord.

«Je comprends que lui regarde ça probablement dans une globalité. Moi, je ne suis pas dans un marché de globalité. Moi, je représente des travailleurs qui travaillent dans le marché de l’aluminium», a réagi le président du syndicat, Sylvain Maltais.

Les députés fédéraux prévoient mobiliser tous les élus de leur région la semaine prochaine pour venir à la défense du secteur de l’aluminium.

Mercredi, celle qui a négocié l’accord, la vice-première ministre Chrystia Freeland, a expliqué que son but principal était d’arriver à une entente à ratifier et que cet objectif était plus important que le reste. Le gouvernement Trudeau maintient que l’économie canadienne a tout à gagner avec l’entrée en vigueur de l’ACEUM qui remplace l’ALÉNA dont Donald Trump ne voulait plus.

L’exercice de la ratification n’aboutira pas très rapidement. Les Communes entament leur congé de fin d’année vendredi et ne reprennent les travaux que le 27 janvier.