Accident de motoneige mortel: l’identité de la victime dévoilée

La saison de motoneige n’est pas encore officiellement commencée et déjà, le Saguenay-Lac-Saint-Jean compte une première victime. François Aubin, un homme âgé de 41 ans et habitant à Chicoutimi, est décédé samedi après-midi après une collision survenue dans le sentier 93, sur les monts Valin.

L’accident est survenu peu après 13h30 alors que deux motoneiges se sont heurtées en se croisant dans le sentier. L’autre motoneigiste impliqué dans le face à face, âgé d’une trentaine d’années, a subi des blessures importantes, mais on ne craint pas pour sa vie. «On était capables de lui parler», a laissé savoir la porte-parole de la Sûreté du Québec, Ann Mathieu. L’individu a été en mesure de donner les informations préliminaires aux autorités policières.

Un enquêteur en collision a été dépêché sur place afin de déterminer les causes et les circonstances exactes de l’accident. La vitesse n’est pas écartée pour le moment, mais l’alcool n’est pas en cause. L’enquête était toujours en cours, dimanche, a indiqué la SQ.

Un homme apprécié

Dans la journée, dimanche, plusieurs personnes ont utilisé les médias sociaux pour rendre un dernier hommage à celui qu’il considérait comme un «gentleman». Jonathan Lebel, qui était un de ses collègues, a rendu un hommage vibrant au disparu sur sa page Facebook, qu’il a côtoyé dans les derniers instants de sa vie. «Hier j’ai perdu mon ami, mon chum et plus encore! Il était toujours là pour moi et ma famille [...]. Tu étais là dans nos bras et on était impuissant! Je vais avoir été là jusqu’à la dernière seconde. Bon voyage mon chum!»

Ironie du sort, la dernière publication Facebook de François Aubin aura été à propos de sa motoneige. Il y faisait part de son bonheur d’être arrivé à son chalet et de pouvoir conduire sa motoneige.

Deuxième décès

Selon toute vraisemblance, il s’agirait déjà du deuxième accident mortel à survenir en motoneige au Québec. Vendredi, un homme de 44 ans a perdu la vie en Montérégie. Il circulait sur le bord d’une route quand il a été happé par une voiture. AVEC DAVE AINSLAY