L’incident est survenu au Maxi de La Tuque au mois de mars dernier.
L’incident est survenu au Maxi de La Tuque au mois de mars dernier.

Absolution inconditionnelle pour s’en être pris à une agente de sécurité qui lui demandait de mettre du désinfectant

Audrey Tremblay
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste
LA TUQUE — Un homme de 62 ans a plaidé coupable à une accusation de voies de fait en lien avec des événements survenus au Maxi de La Tuque au début de la crise de la COVID-19. L’homme, qui s’en est pris à une agente de sécurité après avoir refusé de se laver les mains avant d’entrer dans l’épicerie, a pu bénéficier d’une absolution inconditionnelle.

Le 22 mars 2020, l’homme aurait tenté de s’en prendre à l’agente de sécurité alors qu’elle lui demandait de se mettre du désinfectant à mains. Les événements ont d’ailleurs été captés par les caméras de surveillance.

«Bien qu’il n’y ait pas de coups portés, monsieur est bien conscient qu’il s’agit de voies de fait. Il admet les faits […] C’est un événement isolé et quand j’ai rencontré monsieur, il était très dépité de ses gestes. Il regrette beaucoup», a indiqué l’avocate de l’accusé Me Mélanie Ricard.

Cette dernière a expliqué au juge que son client avait des remords. Il a d’ailleurs fait parvenir une lettre d’excuse à la victime et a fait un don de 500 $ au Centre d’aide aux victimes d’actes criminels.

Les avocats ont demandé au juge, en suggestion commune, de prononcer une absolution inconditionnelle. L’accusé est sans antécédents judiciaires.

«Il est clair qu’il est dans votre propre intérêt, et sans nuire à l’intérêt de la justice, de vous accorder une absolution», a indiqué le juge David Bouchard.