Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le même type de requête existe également pour le secteur de la 4e avenue, dans Limoilou. Le problème a été signalé récemment. 
Le même type de requête existe également pour le secteur de la 4e avenue, dans Limoilou. Le problème a été signalé récemment. 

À la recherche de bruits mystérieux près du centre-ville de Québec

Judith Desmeules
Judith Desmeules
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Les inspecteurs de la Ville de Québec s’affairent à identifier la source de deux bruits mystérieux qui dérangent les citoyens des secteurs touchés. La première requête concerne le quartier Saint-Jean-Baptiste, alors que la deuxième est lancée pour la 4e avenue, dans Limoilou.  

Le bruit est surtout perceptible après 20h, lorsque le couvre-feu s’installe et que tout le monde rentre à la maison. Il s’agit d’un bruit sourd, de basses vibrations, qui n’arrête pas, décrivent certains internautes sur les réseaux sociaux. Il ressemble à celui que fait une éolienne.  

Si vous l’avez entendu, vous n’êtes décidément pas les seuls.  

Le bruit est souvent plus facile à entendre lorsque les portes et les fenêtres sont fermées, puisqu’aucun son ne vient l'enterrer. 

La Ville de Québec est bien au fait d’un problème de bruit soulevé par les citoyens du secteur du quartier Saint-Jean-Baptise. La première requête dans ce dossier a été enregistrée le 25 mars, informe un porte-parole de la Ville, David O’Brien.  

Le même type de requête existe également pour le secteur de la 4e avenue, dans Limoilou. Le problème a été signalé récemment. 

«Immédiatement, la Ville a agi et un inspecteur est sur le dossier et en communication avec les citoyens requérants. L’enquête est toujours en cours afin d’identifier la source du bruit, mais nous n’avons pas encore de certitude sur l’émetteur», explique David O’Brien.  

Le Règlement sur le bruit de la Ville de Québec permet aux équipes d’intervenir efficacement auprès des responsables lorsque la source est identifiée. Les citoyens peuvent signaler les bruits dérangeants au 311 en tout temps.  

La Ville de Québec ne peut avancer d’hypothèse pour l’instant. Les derniers tests ne sont pas «concluants ou définitifs». Les équipes poursuivent les recherches.   

«Lorsque la Ville aura trouvé la cause, nous le ferons savoir aux requérants», signale David O’Brien.  

Ce n’est pas la première fois que la Ville doit s’occuper de ce genre de requête. Souvent, les bruits dérangeants sont associés à de l’équipement de ventilation ou de climatisation dans le voisinage.