L’instigateur de Cours après moi organise des activités de rencontre autour d’un sport dans plusieurs villes du Québec. C’est la première fois qu’une de ses activités avait lieu dans la région.

120 célibataires cherchent l’amour... à pied

Ils étaient plus d’une centaine de célibataires, dimanche, à participer à l’activité de randonnée organisée par Cours après moi, pour une première fois à Saguenay. Les participants étaient invités à faire une randonnée dans le sentier Eucher, à La Baie, tout en faisant de nouvelles rencontres.

L’instigateur du projet, Guillaume Drouin, était ravi de la popularité de l’événement qui, depuis 2015, visite plusieurs villes du Québec. « Nous attirons environ 150 personnes lorsque nous faisons nos activités à Québec. On espérait avoir au moins 50 personnes, puisqu’on est moins connus ici, mais on a été vraiment surpris et contents de voir qu’on avait 120 inscriptions », s’est-il réjoui, lorsque rencontré à La Baie par Le Quotidien. Chaque activité gravite autour d’un sport, que ce soit la course, comme son nom l’indique, la randonnée ou le volley-ball.

Les participants se réunissaient à La Baie à 10 h 30 pour entamer la journée, laquelle se séparait en quatre parties. À leur arrivée, les participants étaient invités à participer à quelques activités pour briser la glace et les mettre à l’aise. « Ils sont toujours un peu stressés quand ils arrivent ; ils ne savent pas à quoi s’attendre. Notre objectif est de leur donner le plus d’occasions possibles d’échanger. Donc, on fait des petits jeux très rapidement », a-t-il continué.

Par la suite, les célibataires s’adonnent à la pratique d’un sport. À Saguenay, c’est la randonnée qui avait été choisie. Les participants étaient divisés en groupes et se baladaient toute la journée en échangeant avec leurs nouvelles connaissances. Ils profitaient ensuite d’une collation et terminaient la journée au Café Summun pour des jeux et des activités.

Objectifs

Selon l’instigateur, l’objectif de ces activités est de faciliter la rencontre entre les célibataires adultes. Même s’il y avait des gens de 22 à 68 ans, il est conscient que l’âge moyen tourne autour de 40 ans. « L’affaire, c’est que rencontrer à 40 ans, ce n’est pas la même chose que de rencontrer à 20 ans. À 20 ans, t’es à l’université, tu rencontres beaucoup de nouvelles personnes, tu vas dans les bars. C’est plus facile. Tout est en mouvement. À 40 ans, si tu viens de divorcer, que tu as deux enfants et que tu as eu le même travail et les mêmes amis toute ta vie, aller vers de nouvelles personnes, ce n’est pas évident », a souligné M. Drouin.

Ce dernier espère donc faire rencontrer des gens qui ont déjà des points en commun, comme la passion de la randonnée, et les faire passer un bon moment ensemble.

Cours après moi comptait 120 inscriptions. À la fin de journée, il y en avait un peu moins alors que plusieurs voulaient se cacher de la pluie.

« Ce sont toutes des personnes qui aiment bouger, des gens plaisants qui sont là pour avoir du ‘fun’ toute la journée. Et ce n’est pas non plus comme aller dans une date avec une personne que tu as seulement vue en photo. Avec nous, tu as une date avec 50 personnes que tu sais que tu as au moins un point en commun avec ! »

Il pense qu’il est également plus facile pour les gens d’avoir une excuse pour se revoir. S’ils ont aimé l’activité, ils peuvent se demander d’y retourner la semaine d’après.

L’organisateur a également noté que d’autres dates allaient être annoncées au cours de la prochaine année et qu’il allait certainement revenir dans la région pour faire d’autres activités. Cet hiver, il aimerait faire une activité autour de la raquette, à Chicoutimi ou à Alma.