Philip Doyle et son fils Shawn ont présenté au public leurs premiers modèles de véhicule récréatif, à la Dam-en-Terre, en fin de semaine dernière.
Philip Doyle et son fils Shawn ont présenté au public leurs premiers modèles de véhicule récréatif, à la Dam-en-Terre, en fin de semaine dernière.

« Pimp » mon VR: Philip Doyle transforme des véhicules en campeurs de luxe [PHOTOS]

Fatigué de se « tourner les pouces » à la retraite, Philip Doyle a décidé de lancer son entreprise. Il transforme maintenant des véhicules usagés en véritables campeurs de luxe. Toilette, cuisinière, micro-ondes, lits démontables : il a pensé à tout.

Mardi après-midi. Philip Doyle est dans son atelier dans le quartier industriel d’Alma. Il travaille à la charpente intérieure d’une camionnette en écoutant de la musique.

« Les gens peuvent m’apporter n’importe quoi ! Amène-moi une boîte de carton et je vais la transformer en ce que tu veux », explique l’homme de 63 ans.

Le client arrive avec son idée ; Philip Doyle fait un croquis, puis se met au travail. Les gens peuvent passer voir l’évolution de leur véhicule de semaine en semaine.

Le projet a germé il y a deux ans. Le fils de l’entrepreneur, Shawn Doyle, avait décidé de rénover une fourgonnette pour en faire un véhicule récréatif (VR) pour le camping. Philip Doyle a donc décidé de relever le défi et de faire son propre VR. « Mon fils n’a pas terminé le sien et moi, j’avais mon premier modèle. »

Le véhicule n’était pas très gros. Il a donc dû réfléchir à chaque détail pour optimiser l’espace : la cuisinière est amovible et peut être descendue au niveau du sol, la toilette est installée dans la douche, le comptoir glisse pour devenir un lit.

En ouvrant les portes arrière, il peut glisser une partie de la banquette arrière sous un auvent pour faire un lit double.

Tous les véhicules sont isolés.

Philip Doyle a passé deux ans à concevoir les détails de ses véhicules récréatifs.

Même si l’entrepreneur laisse libre cours à l’imagination de ses clients, il a certains critères de qualité à respecter.

Philip Doyle a travaillé toute sa vie chez Produits forestiers Résolu. Il y faisait de la soudure, de la plomberie et de la mécanique. « Je suis un homme à tout faire, résume le sexagénaire. Si ça peut être fait par quelqu’un, ça peut être fait par moi. »

Il a mis tous ses talents à contribution pour réaliser son projet. Son fils, qui est ébéniste, l’aide pour la charpente et un ami électricien s’assure de réaliser les filages.

Après deux ans de gestation, le projet est enfin prêt à être présenté au public. Déjà, à deux reprises, Philip Doyle a montré ses véhicules aux curieux dans le cadre de démonstration. « Il y a vraiment plein de gens qui sont intéressés. »

Pour lancer son projet, il a investi 200 000 $. Il a loué un local dans le quartier industriel d’Alma. Il y passe ses journées à construire ses VR.

Il a même obtenu son premier contrat, il y a quelques semaines. Il avait mis un véhicule en vente à Alma. En voyant le motorisé, un couple a décidé qu’ils en voulaient un fait sur mesure.

L’offre proposée par Philip Doyle est nouvelle au Lac-Saint-Jean. « Les gens sortent de la région pour faire faire leur véhicule. Ils vont à Québec, à Montréal ou aux États-Unis », explique-t-il.

Faire un véhicule prend de six à huit semaines. « Le carnet de commandes peut se remplir vite », dit l’entrepreneur.

Plus que quelques motorisés et Philip Doyle aura des contrats jusqu’à l’été prochain.