L’incendie mémorable survenu à l’angle des rues Deragon et Principale, à Magog, avait détruit trois bâtiments et en avait lourdement endommagé un quatrième.

Le feu du 16 octobre 2018 : un incendie difficile à oublier

Le feu du 16 octobre 2018, au centre-ville de Magog, a laissé une trace indélébile dans la mémoire de plusieurs personnes, dont le directeur du service de protection contre les incendies de la Ville de Magog, Sylvain Arteau.

Ce feu mémorable survenu à l’angle des rues Deragon et Principale, à Magog, avait détruit trois bâtiments et en avait lourdement endommagé un quatrième. Plusieurs logements ainsi que des commerces étaient partis en fumée le 16 octobre 2018.

« Ça avait été une grosse journée. On s’en souvient très, très bien. De nombreuses personnes ont été marquées par l’événement d’une manière ou d’une autre. Il aurait facilement pu y avoir des morts. Mais on avait réussi à éviter le pire et c’est bien tant mieux. Le travail des pompiers et de toutes les personnes mises à contribution autour avait permis de stopper la bête », estime Sylvain Arteau.

Le matin du 16 octobre, les locataires du 12 Deragon dormaient paisiblement quand soudainement des flammes avaient pris naissance dans leur immeuble après la chute d’un poteau électrique causée par de forts vents. Trois locataires étaient alors allés réveiller leurs voisins pour les inviter à sortir le plus rapidement possible de l’édifice.

« Si des gens ne s’étaient pas réveillés, la situation aurait pu être plus grave. C’est eux qui ont été le système d’alarme parce que celui de l’immeuble n’a pas fonctionné. Sans leur intervention, on aurait certainement eu à faire plus de sauvetages in extremis », reconnaît M. Arteau.

Les trois personnes auxquelles le directeur du service incendie de Magog fait référence sont William Thériault-Venne, Sofyana Brown-Dupuis ainsi que Serge Laflamme. Ils ont tous trois été décorés à Québec, au cours des derniers jours, pour la bravoure dont ils ont fait preuve lors de l’incendie du 16 octobre 2018.

Frôler la mort

Autre élément à retenir concernant ce sinistre : un des pompiers qui participaient à l’opération avait effectué une chute de trois étages. Les personnes qui l’avaient secouru avaient d’abord constaté qu’il n’avait plus de pouls, mais le sapeur avait néanmoins repris connaissance plus tard.

« Je suis vraiment fier du fait qu’on n’a pas eu d’accident majeur ce jour-là. Toutefois, un pompier a tout de même failli perdre la vie durant cette opération. Il a fini par revenir au travail assez vite après son accident. Malgré tout, c’est un miraculé à mes yeux. »

Dans les mois qui ont suivi cet incendie, le service de protection incendie de la Ville de Magog a notamment décidé d’améliorer ses procédures de dénombrement afin de s’assurer de réduire les risques pour les pompiers lors des interventions.

« On n’avait jamais géré autant d’équipes. Il y avait environ 75 pompiers à l’œuvre le 16 octobre 2018. On voulait être en mesure de mieux faire la gestion des équipes quand on a beaucoup de pompiers impliqués. Le système qu’on a développé pour réussir ça est un outil dont on est fier et qu’on a commencé à partager avec nos voisins », explique Sylvain Arteau.