Le feu dégageait une épaisse fumée lundi matin. 
Le feu dégageait une épaisse fumée lundi matin. 

Le feu a repris dans les installations de Kruger

Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
Les pompiers de Sherbrooke ont dû retourner sur les lieux de l’incendie qui a sévi dimanche soir dans un centre de valorisation de matériaux secs exploités par l’entreprise Kruger.

Vers 6 h, les flammes ont pris de la vigueur. Une vingtaine de pompiers ont été demandés sur place pour combattre les flammes desquelles se dégageait une épaisse fumée.

« C’est un important amoncellement de matières sèches et il y a beaucoup de poussière et de bran de scie », explique Daniel Gingras, chef aux opérations du Service de protection contre les incendies de Sherbrooke (SPIS).

« Le feu a donc repris lundi matin. »

Rappelons que l’incendie s’était déclaré dimanche soir vers 18 h 30 sur un terrain de la société Kruger au 8750 du boulevard Bourque, dans le secteur Deauville. 

Le feu avait pris naissance dans un amoncellement de matériaux secs d’environ 200 pieds de long par 40 pieds de haut.

Vingt pompiers de Sherbrooke avaient été mobilisés sur les lieux. Le SPIS a également fait appel aux services d’incendie de Magog et de Saint-Denis-de-Brompton ainsi qu’à la Régie Memphrémagog Est pour le transport de l’eau.

« Le réseau d’aqueduc n’est pas suffisant pour nos opérations, donc on transporte de l’eau en plus pour réussir à avoir assez d’eau », mentionne le chef Gingras. 

« Il manque de pression, dit-il. Nous avions eu le même problème lors du feu de l’usine Cercueils Magog il y a plusieurs années. »

« Je sais que ça fait partie des discussions à la Ville actuellement. »

Selon M. Gingras, la basse pression du réseau de bornes d’incendie dans le secteur n’a pas eu d’impact sur le combat contre l’incendie.

Selon l’entreprise, « pour le moment, la cause de l’incendie est inconnue et les dommages sont limités aux matériaux entreposés à l’extérieur ».

Un voisin mécontent 

L’homme d’affaires Ian Dufresne ne la trouve pas drôle. Son immeuble tout neuf Pôle construction et Design, qui abrite cinq entreprises complémentaires dans le domaine de la construction, est situé tout près des installations de Kruger. Il souhaite que la Ville de Sherbrooke corrige le problème de pression d’eau.

« Ma bâtisse est neuve, mais elle sent la fumée », déplore-t-il lors d’un entretien accordé à La Tribune.

« Ça fait presque 24 heures que ça brûle. Les pompiers manquent d’eau! Il ne faut pas que ça fasse monter les assurances. » 

D’autres phases de construction sont prévues, ajoute M. Dufresne. « Nous nous sommes informés auprès de la Ville et on nous dit que les améliorations ne sont pas prévues pour le moment », se désole-t-il.

Ian Dufresne

Conformité

À la Ville de Sherbrooke, on rapporte que la conformité de l’entreposage effectué au 8750 boulevard Bourque devra être vérifiée. C’est ce qu’a précisé la présidente du conseil municipal, Nicole Bergeron, lundi soir, à la suite d’une question du citoyen Denis Pellerin. 

« Est-ce qu’un tel amoncellement respecte les normes du ministère de l’Environnement et les règlements de la Ville en ce qui concerne la hauteur et le tonnage? » a demandé M. Pellerin. « Et à quand remonte la dernière inspection de la Ville sur ce site? »

Nicole Bergeron a indiqué que le Service de protection contre les incendies validera la quantité de matériaux entreposés sur le site. « Il semble qu’elle pourrait excéder la quantité permise, mais nous ne le savons pas encore. La dernière inspection remontait à février 2019. Les principales anomalies étaient liées à l’entreposage extérieur. Plusieurs rencontres de suivi avaient été réalisées par la suite. Nous avons prévu une nouvelle rencontre cette semaine pour valider la conformité des activités. »

— Avec Jonathan Custeau