Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Gilles Bélanger est hospitalisé depuis le 2 janvier à Magog,  
Gilles Bélanger est hospitalisé depuis le 2 janvier à Magog,  

Le député Gilles Bélanger commence 2021 à l’hôpital

Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
Article réservé aux abonnés
MAGOG - La transition entre 2020 et 2021 s’est assez mal déroulée pour le député d’Orford Gilles Bélanger, qui se trouve à l’hôpital.

Dans la soirée du 31 décembre, il s’est blessé lors d’une activité de glissade en famille non loin de sa résidence dans la région de Magog.

« Nous faisons toujours une activité spéciale le 31 décembre au soir. Nous avions pensé aller glisser en soirée, car il y avait trop de monde en journée. Nous étions équipés de nos lampes frontales. Nous connaissons bien cet endroit, pour y avoir glissé souvent », raconte-t-il lors d’un entretien téléphonique depuis son lit d’hôpital.

« Nous avons décidé d’aller glisser un peu plus loin, mais sans nos lampes. Je n’ai pas vu le jump qui avait été aménagé dans le jour. J’ai levé dans les airs et je suis retombé au sol. J’ai entendu craquer… »

Résultat : deux fractures lombaires heureusement sans dommage pour la moelle épinière, se réjouit l’homme de 62 ans.


« Je peux continuer de travailler de l’hôpital. »
Gilles Bélanger

M. Bélanger ne s’est présenté à l’hôpital de Magog que le 2 janvier. « J’étais incapable de bouger. Je ne voulais pas aller à l’hôpital parce qu’on sait que le personnel est dans le jus », explique-t-il.

« En fin de compte, ça a bien été. J’ai passé sept radiographies et un scan. J’ai été bien servi par le personnel. Ce sont des gens dévoués. Le personnel a l’hôpital et les ambulanciers ont été exceptionnels. »

Gilles Bélanger pense en avoir pour quelques jours encore à l’hôpital. On le lèvera de son lit dans un premier temps. 

Le député continue à travailler de son lit d’hôpital, mais ne pourra pas prendre part à une commission parlementaire qui doit avoir lieu prochainement. 

Le député caquiste connu pour avoir participé à des compétitions de triathlon Ironman dans le passé pense pouvoir être sur pied à la rentrée à Québec, au début février. Les activités physiques intenses ne feront pas partie de son quotidien pour les prochains mois. 

Des dossiers importants meubleront ses prochaines semaines. Rappelons que le député d’Orford a été nommé à la mi-décembre au poste d’adjoint parlementaire du premier ministre du Québec, François Legault, pour le dossier du déploiement d’Internet haute vitesse sur le territoire du Québec.

« Je peux continuer de travailler de l’hôpital, car nous étions en télétravail quand même », fait-il remarquer.

« Ce n’est pas la première fois que je me fracture quelque chose. Mais cette fois, ça peut être un plus long à me rétablir. Je voulais faire de l’activité physique durant les Fêtes. J’ai pris du poids à cause du confinement. J’avais réussi à perdre cinq livres. »