Plus de 800 personnes ont participé au défilé.

Le défilé Fière la fête plus populaire que jamais

Le défilé Fière la fête, un événement pour sensibiliser l’inclusion des membres de la communauté LGBTQ+, a rassemblé deux fois plus de gens que l’an passé. Samedi, ce sont près de 800 personnes qui ont dansé, chanté et marché pour célébrer la diversité, sous un soleil radieux.

Aimer, accepter, apprécier, valoriser et surtout, ne pas juger. C’est le message qu’a voulu passer la co-porte-parole de l’événement et directrice de la Coalition des familles homoparentales, Mona Greenbaum, après le défilé.

Lire aussi: Fière la fête : les candidats tous présents... ou presque

« J’ai fait plus de 30 célébrations de la fierté dans ma vie. Je vais être honnête, quand le mois d’août arrive, je suis moins enthousiaste qu’avant. La fierté, en général, ce n’est pas pour tout le monde. Il y a des gens de notre communauté qui voient ça comme une grande fête commerciale, ce qui n’est pas le cas pour l’Estrie », a assuré la dame devant une foule attentionnée. 

« On est très chanceux d’être capables de faire ça, poursuit-elle. Dans la moitié des pays dans le monde, on n’a pas le droit de célébrer la diversité. Nous, on a la chance de pouvoir s’organiser, de discuter de nos luttes et de faire des clans pour nos prochaines luttes. »

Selon Mme Greenbaum, beaucoup d’avancées ont été faites dans les dernières années « Même si nous ne sommes pas dans une société parfaite, mais on a gagné beaucoup de batailles. Il y avait des gens qui ne voulaient pas que nos familles et nos couples soient reconnus, mais on a gagné cette bataille. Des gens voulaient que les transsexuels soient stérilisés pour changer leurs papiers, mais on a gagné. Des gens ne voulaient pas que les jeunes soient trans ou non-binaire, mais on a gagné cette bataille aussi », analyse-t-elle.

Cependant, il reste du chemin à faire. « Il y a toujours des jeunes expulsés de leur maison par des parents qui ne les acceptent pas. Il y a toujours des jeunes harcelés à l’école ou par leur famille. Il ne se passe pas une journée sans que les gens de la communauté LGBTQ+ ne subissent pas d’agression. Ici, vous êtes bienvenus. Vous n’avez pas besoin d’entrer dans une boite ou une autre, on vous aime comme vous êtes », soutient-elle.

Une réussite

Pour l’un des organisateurs, Jimmy Forgues, l’ambiance était belle lors du défilé. Les gens sont partis du Marché de la gare et sont descendus jusqu’à l’hôtel de ville. « C’était une ambiance d’inclusion et d’ouverture, ce qui a permis aux gens d’être qui ils sont. C’est la troisième année qu’on fait la marche dans le centre-ville et l’on en remercie encore la Ville de Sherbrooke de nous le permettre », commente-t-il.

Les sourires étaient nombreux, samedi, au défilé.

Pour la première fois, l’événement durait cinq jours. Plusieurs conférences ont eu lieu, notamment à La Capsule et au Marché de la gare. « Habituellement, l’événement dure deux ou trois jours, rappelle M. Forgues. Il y avait au minimum 25 personnes par conférence et il y avait deux conférences par jour. La population de Sherbrooke et de l’Estrie était vraiment au rendez-vous », résume-t-il, réjoui.