Le tracé de la rue menant au futur pont des Grandes-Fourches ne forcera pas le déménagement du Club de curling de Sherbrooke, qui souhaite tout de même se relocaliser.

Le curling ne déménage pas... pour l'instant

Le tracé de la rue menant au futur pont des Grandes-Fourches ne touchera pas le bâtiment du Club de curling de Sherbrooke, situé sur la rue des Abénaquis. Si le déménagement des activités de curling n’est pas forcé par le réaménagement du secteur, le président du club, Claude Lemieux, continue de croire qu’il s’agirait malgré tout de la meilleure solution.

M. Lemieux et la Ville de Sherbrooke discutent d’un projet qui permettrait de relocaliser l’ensemble des activités de curling de la ville de Sherbrooke sur de nouvelles glaces construites à côté du centre Julien-Ducharme. Chacune des glaces coûterait entre 1 et 1,2 M$.

Lire aussi: Les étudiants derrière le pont des Grandes-Fourches

La Ville opte pour un pont « signature » sur Grandes-Fourches

Le conseiller Pierre Tremblay, président du comité du sport et du plein air, rapporte qu’aucune décision n’est encore prise. « Nous savons que la saison 2018-2019 se tiendra au même endroit. Pour le reste, si le club déménage, ce sera pour des raisons économiques. Ce sera parce que la Ville pourra en tirer profit avec le réaménagement du secteur. Rien n’a encore été présenté au conseil. Tout est possible au moment où on se parle. »

M. Tremblay ajoute que les sommes supplémentaires investies pour la conception d’un pont signature ne nuiront pas au choix de dépenser pour les activités de curling.

Claude Lemieux avance pour sa part n’avoir eu aucune nouvelle de la Ville. « Les réunions reprendront en août. Le plan de match n’a pas changé. Pour nous, un club de curling n’a rien à faire au centre-ville. Nous proposons de remettre notre terrain à la Ville, qui pourra en faire ce qu’elle veut. Elle reconstruirait des glaces dont elle demeurerait propriétaire. Si nous fermions, elle aurait des surfaces glacées pour faire autre chose. » Le bâtiment du 83 rue des Abénaquis est évalué à 915 000 $. 


« Si nous n’optons pas pour le déménagement, nous nous assurerons qu’il y aura du stationnement. »
Pierre Tremblay

Entre-temps, M. Lemieux craint la perte de stationnement pour ses membres, puisque la nouvelle rue amputera considérablement le stationnement du club. Le bâtiment actuel nécessite aussi des rénovations à la toiture qui coûteraient entre 25 000 et 30 000 $. 

« Si nous n’optons pas pour le déménagement, nous nous assurerons qu’il y aura du stationnement pour les activités de curling », assure Pierre Tremblay.

La popularité du sport pourrait aussi poser problème. « Nous avions 40 nouveaux membres l’an dernier et c’est loin de s’essouffler. La décision, c’est donc de savoir si nous déménageons maintenant ou plus tard. »

Avec ses 230 membres, le club pourrait bientôt atteindre le point de saturation pour ses trois glaces, soit 300 membres. « À ce moment-là, soit on augmente le prix de la carte de membre pour réduire le nombre de joueurs ou on limite la fréquence à laquelle les gens peuvent venir. »

Si la Ville choisissait la relocalisation, il faudrait prévoir huit mois pour la construction des nouvelles glaces, selon les premières estimations.