Le Centre de services scolaire des Sommets limite l’accès uniquement à ses élèves pour certaines de ses installations sportives, afin de réduire les chances d’entrée et de propagation de la COVID-19 dans ses écoles.
Le Centre de services scolaire des Sommets limite l’accès uniquement à ses élèves pour certaines de ses installations sportives, afin de réduire les chances d’entrée et de propagation de la COVID-19 dans ses écoles.

Le CSSDS annule certaines activités en gymnase et en piscine

Mélanie Noël
Mélanie Noël
La Tribune
Le Centre de services scolaire des Sommets (CSSDS) limite l’accès uniquement à ses élèves pour certaines de ses installations sportives, afin de réduire les chances d’entrée et de propagation de la COVID-19 dans ses écoles.

« Comme plusieurs Centres de services scolaire, le CSSDS a adhéré au défi 28 jours proposé par la Santé publique, un défi qui vise à aplanir la courbe de la deuxième vague de la Covid-19. L’objectif est de préserver nos milieux scolaires et faire en sorte qu’on ne tombe pas en zone rouge », a indiqué Édith Pelletier, directrice générale du CSSDS.

Cette mesure s’appliquera jusqu’au 28 octobre. »J’ai rencontré virtuellement mes directions d’établissements, hier, et je leur ai dit qu’on devait identifier, dans nos milieux, ce qui nous plaçait à risque. On en est venu à la conclusion que peut-être quelques activités, certaines locations de salles ou l’utilisation de certains plateaux pouvaient nous placer à risque », a ajouté Mme Pelletier, précisant que chaque établissement, que ce soit au primaire ou au secondaire, a été invité à évaluer, en fonction de sa réalité, comment il pouvait réduire le risque de contagion pour le mois d’octobre. 

Ce ne sont donc pas toutes les activités en gymnase et en piscine, tant pour les adultes que pour les enfants, qui sont suspendues. 

« Par exemple, dans certaines écoles, des plateaux sont utilisés le soir par des équipes d’adultes qui jouent au volleyball. Les équipes désinfectent avant et après la pratique et un concierge est disponible pour inspecter la désinfection. Les activités seront donc maintenues. Par contre, dans certains milieux, il n’y a pas assez de service de conciergerie pour poursuivre les activités sans prendre de risque. C’est du cas par cas, dans certains milieux, il n’y aura aucun changement, dans d’autres oui », explique la directrice générale du CSSDS.   

Le CSSDS compte quatre écoles secondaires, soit La Ruche à Magog, le Tournesol à Windsor, l’Escale à Asbestos et l’Odyssée à Valcourt en plus d’une trentaine d’écoles primaires.

Considérant l’évolution de la pandémie, le CSSDS réévaluera la situation pour voir qu’elles seront les mesures à suivre après le 28 octobre. 

« Dans certains milieux, les cours n’étaient pas commencés donc ils seront simplement retardés. C’est certain que lorsque les activités ont débuté, c’est plus malaisant d’arrêter tout cela », note Mme Pelletier, ajoutant que dans certains milieux des mesures ont été prises pour que les élèves ne côtoient pas les gens venant de l’extérieur.

Il est trop tôt, selon Mme Pelletier, pour estimer le nombre d’employés qui seront affectés par cette adhésion au défi 28 jours, par exemple les sauveteurs embauchés pour les piscines.

Le Centre de services scolaire des Hauts-Cantons garde ses portes ouvertes 

Du côté du Centre de services scolaire des Hauts-Cantons, les installations sportives demeurent ouvertes aux gens de l’extérieur.

Rappelons que la Ville de Sherbrooke avait déjà annoncé en septembre que Les cours de natation et les périodes de bain libre prévus cet automne à la piscine de l’école Montcalm étaient annulés en raison des difficultés d’organisation liées à la pandémie de la COVID-19.

Pour sa part, l’Université de Sherbrooke a déployé une programmation pour sa session d’automne à son centre sportif, une programmation estimée à un peu plus de 50 % de l’offre habituelle.