Jean-Pierre Blais

Le CRTC se penche sur les forfaits de base en télévision

Le CRTC reconnaît d'emblée que les nouveaux forfaits de base offerts depuis cinq mois par les fournisseurs de service de télévision ne font pas l'unanimité au pays.
Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) tient mercredi et jeudi des audiences sur ces nouveaux forfaits destinés à offrir aux consommateurs un service de télévision «de base» à un coût maximal de 25 $ par mois.
Le président du CRTC, Jean-Pierre Blais, a indiqué d'entrée de jeu, mercredi matin, que plusieurs consommateurs se demandent s'ils en ont pour leur argent avec ces nouveaux forfaits, que le CRTC avait exigés l'an dernier des fournisseurs de service de télévision.
Le CRTC entend mercredi les représentants des quatre grands fournisseurs sur ces forfaits de base offerts depuis mars dernier. Vidéotron, Bell, Rogers et Shaw occupent plus des trois quarts du marché de la distribution télé au pays.
Le CRTC veut s'assurer que «les fournisseurs de services de télévision offrent ces forfaits conformément à l'esprit dans lequel ils ont été conçus».
En préambule, Jean-Pierre Blais a indiqué que certains consommateurs apprécient les nouveaux forfaits, mais que d'autres sont mécontents de la façon dont ces offres ont été mises en oeuvre. Il a cité un consommateur qui soutenait que son fournisseur voulait hausser considérablement ses tarifs d'internet et de téléphonie pour pouvoir lui offrir un service de base télé à 25 $.
Mercredi matin, les représentants de Vidéotron ont soutenu que leurs nouveaux forfaits respectent l'esprit et la lettre de l'ordonnance du CRTC, et qu'ils offrent plus de choix et de flexibilité aux clients.