Le Canadien Pacifique (CP) effectue des travaux sur les voies ferrées afin d’améliorer une bonne partie du réseau de la Central Maine & Quebec Railway qui traverse notamment Sherbrooke et qui mène à Lac-Mégantic.
Le Canadien Pacifique (CP) effectue des travaux sur les voies ferrées afin d’améliorer une bonne partie du réseau de la Central Maine & Quebec Railway qui traverse notamment Sherbrooke et qui mène à Lac-Mégantic.

Le CP effectue des travaux sur ses voies ferrées

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
Le Canadien Pacifique (CP) effectue des travaux sur les voies ferrées afin d’améliorer une bonne partie du réseau de la Central Maine & Quebec Railway qui traverse notamment Sherbrooke et qui mène à Lac-Mégantic.

Dans un échange de courriel, le CP confirme que les travaux consistent à rendre une « bonne partie du réseau » conforme aux normes pour les voies de catégorie 3.

Selon Transports Canada, les voies de catégorie 3 permettent aux trains de marchandises de rouler à une vitesse maximale de 40 milles à l’heure, soit environ 65 km à l’heure, et aux trains de passagers d’atteindre 60 milles à l’heure, soit 97 km à l’heure.

Le CP signale que les travaux de réfection répartis sur les trois prochaines années nécessiteront des investissements d’environ 90 millions $.

Cependant, le CP ne veut pas donner de détails sur les sections qui seront touchées par ces réparations.

« Ces travaux comprennent le remplacement d’un grand nombre de traverses et de rails, l’élimination de joints, le nettoyage des extrémités des traverses, ainsi que des améliorations des aiguillages et passages à niveau », explique le CP dans un courriel envoyé en réponse aux questions de La Tribune.

Des rails usés et endommagés ont été changés à Lac-Mégantic au début juillet. 

La Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire avait fait une sortie publique pour dénoncer l’état de la voie ferrée lors de la date anniversaire de la tragédie ferroviaire du 6 juillet 2013.

Rappelons qu’un train de la Montreal, Maine & Atlantic (MMA) avait quitté Nantes en pleine nuit sans conducteur puis a explosé au centre-ville tuant 47 personnes.

Le 7 juillet dernier, des travailleurs de CP ont changé des traverses de bois et posé des rails neufs, dont sur une portion jugée particulièrement problématique derrière la polyvalente Montignac de Lac-Mégantic, selon la Coalition.

Une voie de contournement doit être construite d’ici 2023 pour éviter que les trains ne traversent Lac-Mégantic, mais l’état actuel de la voie ferrée ne permettait pas d’attendre si longtemps, jugeait la Coalition.

Une mise en demeure avait été envoyée à Transports Canada et au ministre des Transports, Marc Garneau.  – Avec La Presse canadienne

+

Plus de trains et plus vite

 La Coalition des citoyens engagés pour la sécurité ferroviaire voit évidemment d’un bon œil que le Canadien Pacifique procède enfin à des réparations majeures du réseau de 774 kilomètres de la Central Maine & Quebec Railway qu’il a acquis à la fin de 2019.

Mais son porte-parole, Robert Bellefleur, ne peut s’empêcher d’y voir un couteau à double tranchant quand il fait le lien avec la vision de développement exprimée récemment par le président et chef de la direction du Canadien Pacifique, Keith Creel, dans une publication spécialisée de monde ferroviaire. 

Dans cette analyse, on explique que l’acquisition du réseau de la CMQR par le CP ouvre une route 200 milles plus courte que la concurrence pour transporter des marchandises de la côte est des États-Unis vers Montréal et Toronto.

Ce réseau, dans lequel la compagnie ferroviaire a promis d’investir 90 millions $ pour atteindre les normes de niveau 3 — et rouler plus vite — relie de fait le reste du réseau du CP au port de Searsport dans le Maine et à Saint-John au Nouveau-Brunswick par des liaisons avec la Eastern Maine Railway et la New Brunswick Southern Railway. 

« [Les réparations], c’est une bonne nouvelle, mais il y a l’envers de la médaille, a commenté M. Bellefleur, en entrevue avec La Tribune il y a quelques jours. Car le CP a fait de l’acquisition du tronçon de la CMQR son projet de relance d’un océan à l’autre. Il veut doubler le tonnage de marchandises qui va passer par Lac-Mégantic et son rêve, son objectif, c’est de faire Montréal-Saint-John en 24 heures. Donc les trains vont passer plus vite. »

« Là ils ont réparé les rails pour être capable de passer à 40 milles à l’heure, illustre M. Bellefleur, alors qu’ils étaient pour la plupart limités à 25, ou même 10 milles à l’heure auparavant. C’est une bonne nouvelle qui en cache une moins bonne, parce que la voie de contournement n’est pas encore construite. »

Selon M. Bellefleur, le CP fait même de cette vision un projet de relance économique post-COVID qui va la repositionner comme une entreprise majeure dans le ferroviaire, autant pour les États-Unis que pour le Canada. 

« Ils ont des visées. On n’a rien vu encore à Lac-Mégantic en matière de transport ferroviaire », tranche Robert Bellefleur.  Jacynthe Nadeau