« Il va de soi que les autorités concernées doivent interdire les baignades à l'aveugle. C'est déjà fortement proclamé par le Conseil québécois de la sécurité nautique. La publicité déconseillant ce type de baignade était présente au printemps et elle le sera davantage au cours des prochains mois », affirme le coroner Yvon Garneau.

Le coroner Garneau suggère d'interdire les baignades à l'aveugle

Le coroner Yvon Garneau croit que les autorités municipales de Drummondville, mais aussi d'autres localités québécoises, devraient se pencher sur le règlement autorisant la baignade aux abords de certains cours d'eau où le courant et la profondeur peuvent varier en fonction de la température et de l'endroit.
« Il va de soi que les autorités concernées doivent interdire les baignades à l'aveugle. C'est déjà fortement proclamé par le Conseil québécois de la sécurité nautique. La publicité déconseillant ce type de baignade était présente au printemps et elle le sera davantage au cours des prochains mois », affirme-t-il.
Le coroner estime que ce type de baignade non supervisée est hautement dangereuse puisque le nageur ne sait pas à quoi s'en tenir et qu'il peut se retrouver dans le pétrin très rapidement. Il donne l'exemple de Kevin Chênard-Picard, ce jeune drummondvillois qui s'est noyé dans la rivière Saint-François l'été dernier. Suivant deux amis, il croyait être en sécurité, mais ses talents limités de nageur ne lui ont pas permis de survivre.
« Je pense que ça va de soi qu'on ne se baigne pas en eau inconnue, surtout s'il y a du courant. Qu'on soit bon en natation ou pas, un accident est si vite arrivé! C'est ce qui est arrivé à Kévin. Le jeune homme était très proche de ses amis au moment du drame, et ce, dans tous les sens du terme. Pas de drogue ni d'alcool en cause. Une simple erreur de jugement », signifie-t-il.
Informé de la situation, le maire de Drummondville, Alexandre Cusson, a préféré ne pas émettre de commentaire à ce stade-ci. Les élus prendront connaissance des recommandations du coroner et agiront si le besoin s'en fait sentir.
« Si le coroner estime qu'il y a des dangers importants pour la population, nous allons prendre les mesures qui s'imposent. C'est sûr que nous allons donner de l'importance aux conclusions », a-t-il dit.