Le CIUSSS suspend un infirmier

L’infirmier qui a lancé un vibrant cri du cœur sur Facebook mercredi soir pour dénoncer les conditions de travail en psychiatrie à l’Hôtel-Dieu a été suspendu avec solde pendant que le CIUSSS mènera une enquête.

Rappelons que l’infirmier Jean-Sébastien Blais avait écrit notamment qu’il avait vécu l’une des journées les plus difficiles de sa carrière après avoir été témoin de l’agression d’un patient envers un collègue et ami.

À LIRE AUSSI : Un employé de la psychiatrie frappé par un patient

Un autre membre du personnel du département de psychiatrie à l’Hôtel-Dieu a été rencontré jeudi après-midi pour les mêmes raisons mais il n’a pas été suspendu.

En guise de soutien envers l’employé suspendu, de nombreux travailleurs non seulement de la psychiatrie mais aussi d’ailleurs dans l’hôpital ont commencé à porter un carré blanc sur leurs vêtements de travail avec les initiales « JSB » pour les initiales de l’employé suspendu.

La direction du CIUSSS de l’Estrie-CHUS a publié un communiqué vendredi après-midi en souhaitant « rassurer la population et les membres de sa communauté : les employés sont tout à fait libres de s’exprimer publiquement dans la mesure où cette initiative se fait en tout respect des usagers, de leurs proches ou de leurs collègues ».

« Au CIUSSS de l’Estrie-CHUS, on souhaite une culture et un environnement où le personnel peut s’exprimer en tout respect des valeurs de l’établissement, dont celle de l’humanisme. Notre personnel ne reçoit pas de mesures disciplinaires pour s’être exprimé sur la place publique, toutefois nous ne pouvons accepter des propos ou des gestes qui démontrent un manque de respect envers les usagers ou des collègues », fait savoir Stéphane Tétreault, directeur adjoint à la direction des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques, sans vouloir commenter le cas précis de cet employé récemment suspendu pour la durée de l’enquête et de l’analyse de la situation.

« Le rôle de la communauté du CIUSSS de l’Estrie-CHUS est de soutenir les usagers et leurs proches malgré toute la complexité de leur état de santé », insiste-t-il.

Sur sa page Facebook, l’employé en question a commenté qu’il ne s’’attendait pas à une telle vague de sympathie à la cause de la sécurité dans le département de psychiatrie après avoir reçu de nombreux témoignages de solidarité après sa publication. « Sachez que je n’ai pas écrit cela dans ce but, mais bien pour sensibiliser les gens à notre réalité, peu importe quel rôle on joue auprès de notre clientèle. Créer une mobilisation... c’était le but visé », indique-t-il.

En guise de soutien envers l’employé suspendu, de nombreux travailleurs non seulement de la psychiatrie mais aussi d’ailleurs dans l’hôpital ont commencé à porter un carré blanc sur leurs vêtements de travail avec les initiales « JSB » pour les initiales de l’employé suspendu.