Josée Paquette, directrice des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques au CIUSSS de l’Estrie-CHUS, Emma Corriveau, présidente du SCFP 4475, et Éric Bergeron, conseiller syndical au SCFP, se sont réunis pour marquer l’entente de principe entre le CIUSSS et la catégorie 2 des quatre syndicats du CIUSSS.

Le CIUSSS s’entend avec un troisième syndicat

Le CIUSSS de l’Estrie-CHUS vient de conclure une entente de principe avec le SCFP 4475, le syndicat qui représente environ 5000 employés des services paratechniques, des services auxiliaires et de métiers (catégorie 2), dont environ la moitié sont des préposés aux bénéficiaires.

« Mission accomplie! » a soufflé Éric Bergeron, conseiller syndical au SCFP. « Je pense qu’on y est arrivés. Je n’ai pas l’impression qu’on a laissé des choses sur la table. Nous sommes très très fiers de cette entente », a ajouté Emma Corriveau, présidente du SCFP 4475.

La fierté et le soulagement étaient aussi palpables du côté de la partie patronale. « Nous avons réussi, avec notre partenaire syndical, à trouver des mesures nous permettant de mettre des bases solides pour améliorer les conditions de travail des salariés, ainsi que la continuité des soins et des services », a témoigné Josée Paquette, directrice des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

Le SCFP représente 5000 personnes de près de 80 corps de métier, dont la moitié sont préposés aux bénéficiaires.

« On parle beaucoup du personnel de soins, qui est bien sûr essentiel dans notre organisation. Par contre, je veux profiter de l’occasion pour souligner le travail essentiel que font dans l’ombre tous les employés des services techniques et de métiers. Dans le temps des Fêtes par exemple, quand il a fallu gérer des lits de surcapacité, ce sont des ouvriers de maintenance et de plusieurs autres métiers qui ont dû organiser les lieux pour que ce soit sécuritaire et salubre. Même chose quand on est aux prises avec une éclosion, ce sont ces employés qui font un travail incroyable de désinfection pour que l’on puisse la contrôler », a tenu à souligner Josée Paquette.

Parmi les gains qui sont à noter, il y a la création d’un plus grand nombre de postes à temps complet. « Cette entente devrait favoriser l’attraction et la rétention des travailleurs. Ce sont des conditions nécessaires pour assurer des soins et des services complets à la population », a fait savoir Emma Corriveau du SCFP.

D’ici la fin du mois de mars, les quelque 5000 membres du SCFP seront appelés à voter sur cette entente lors d’une assemblée générale spéciale.

Rappelons que le CIUSSS de l’Estrie avait déjà des ententes avec deux de ses quatre partenaires syndicaux. Vers la fin septembre, le CIUSSS s’était entendu avec la FIQ-SPSCE (Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec - syndicat des professionnels en soins des Cantons-de-l’Est) qui représente environ 5200 professionnelles en soins infirmiers et cardio-respiratoires (catégorie 1). Peu après, le CIUSSS s’est entendu avec ses 2300 employés que sont le personnel de bureau, les techniciens et les professionnels de l’administration, représentés par la CSN (Confédération des syndicats nationaux).

Les pourparlers se poursuivent toujours avec le dernier syndicat qui n’a toujours pas d’entente, c’est-à-dire les 3700 techniciens et professionnels de la santé et des services sociaux (catégorie 4) représentés par l’APTS (Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux). Les deux partis sont en médiation actuellement et, s’il n’y a pas d’entente d’ici le début mars, le médiateur au dossier se transformera en arbitre pour trancher le dossier.