Pour répondre à tous les besoins dans l’ensemble des établissements du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, il faudrait 180 préposés aux bénéficiaires, 180 infirmières, 40 secrétaires médicales et 60 professionnels en services sociaux… entre autres.

Le CIUSSS de l'Estrie recherche 575 employés

Pour combler l’ensemble de ses besoins en ressources humaines cet été, le CIUSSS de l’Estrie-CHUS devra embaucher 575 employés supplémentaires d’ici l’été. Cela représente environ 4 % de l’ensemble de ses 18 000 employés. Ainsi, pour répondre à tous les besoins, il faudrait 180 préposés aux bénéficiaires, 180 infirmières, 40 secrétaires médicales et 60 professionnels en services sociaux… entre autres.

« Ce nombre de personnes a été établi en fonction du nombre d’employés que nous avons présentement en assurance salaire, en accidents de travail et des demandes pour les vacances estivales », explique Josée Paquette, directrice des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

« Ces nombres peuvent sembler très importants, mais il faut savoir qu’il nous manque 180 préposés aux bénéficiaires et que nous en avons présentement 2500 en emploi, ce qui représente 7 %. Par contre, il nous manque six psychologues et ça représente 20 % des effectifs », met en contexte Josée Paquette.

Il y a encore en ce moment 1500 employés qui bénéficient de l’assurance salaire au CIUSSS de l’Estrie-CHUS, ce qui représente 7,7 % des employés. Il y en a aussi 175 qui bénéficient de prestations de la CNESST (Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail) à la suite d’accidents de travail.

« Pour l’assurance salaire, c’est encore beaucoup trop. Notre cible est de 7 % », rappelle Mme Paquette.

Josée Paquette, directrice des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques au CIUSSS de l’Estrie-CHUS

Retraités et étudiants en renforts

Pour réussir à donner tous les soins et services à la population sans fermeture de lits ni ralentissement des activités dans les blocs opératoires, on ne lésine pas sur les moyens : des retraités sont appelés en renfort; des étudiants de tous les milieux sont invités à venir offrir des disponibilités durant la période estivale. La direction du CIUSSS de l’Estrie-CHUS travaille sur plusieurs fronts à la fois.

« Nous avons appelé 200 retraités depuis moins de deux ans pour leur demander s’ils n’auraient pas quelques journées de disponibilités à nous donner. Et maintenant quand quelqu’un quittera pour sa retraite, nous lui offrirons systématiquement de revenir pour nous offrir quelques journées de travail », soutient Josée Paquette.


«  Nous sollicitons aussi des enseignants, en soins infirmiers par exemple, qui seraient intéressés à travailler de façon temporaire pendant leurs vacances estivales.  »
Josée Paquette, directrice des ressources humaines

L’implantation d’horaires de travail de 12 heures est en évaluation dans certains secteurs. On souhaite également mieux utiliser les travailleuses enceintes en les réaffectant dans des tâches qu’elles sont en mesure d’accomplir.

« Nous sollicitons aussi des enseignants, en soins infirmiers par exemple, qui seraient intéressés à travailler de façon temporaire pendant leurs vacances estivales », illustre Mme Paquette.

Les étudiants sont sollicités de toutes parts. Ceux qui étudient dans un domaine lié à la santé peuvent être embauchés dès le premier été comme préposé aux bénéficiaires. « D’autres étudiants, que ce soit dans un baccalauréat en arts ou techniques policières, pourraient venir travailler comme aides de service, par exemple », ajoute la directrice des ressources humaines.

La signature des quatre conventions collectives au cours des derniers mois permettra aussi à la direction de travailler avec une « foule de nouveaux leviers » dans les prochains mois.

Si la rareté de la main-d’œuvre se fait sentir dans tous les secteurs du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, certaines équipes sont toutefois priorisées pour recevoir du soutien à court terme. C’est notamment le cas du CHSLD Argyll, secteur 1 et 2, de l’hygiène et salubrité à l’Hôpital Fleurimont et secteur IUGS, de la direction de la protection de la jeunesse, de l’urgence et des soins intensifs à l’Hôpital de Granby, des gestionnaires au volet hébergement, de la néonatalogie, de l’hébergement à East Angus, Coaticook et à la Villa-Bonheur, ainsi que les interventions dans le milieu à Sherbrooke.